Affaires: l'opération de charme turque

En prélude à l’exposition prévue du 30 septembre au 02 octobre prochain à Istanbul, une mission a séjourné récemment à Douala pour sensibiliser les businessmen camerounais. 

Qui veut participer au tout premier Turkish African business summit & expo, le Tabs 2016, du 30 septembre au 2 octobre à Istanbul, capitale économique de la Turquie ? Pour permettre aux hommes d’affaires camerounais de répondre à cette question, l’équipe de la Turkish African business association (Taba) a tenu récemment une réunion d’information à Douala, au siège du Gicam. Il était question d’informer les opérateurs camerounais des opportunités qui vont s’offrir au cours de ce grand évènement à venir, où sont attendus plus de 5000 participants, dont une quinzaine de chefs d’Etat africains. 
Pour Alain Blaise Batongue, secrétaire exécutif du Gicam, le Tabs 2016 est « une occasion particulière pour les chefs d’entreprise ou leurs représentants d’échanger directement avec leurs homologues turcs sur les possibilités de joint-venture. Plusieurs institutions financières turques sont prêtes à accompagner les regroupements et partenariats ». Il va donc s’agir, après recueil des informations de la réunion de vendredi, d’organiser une séance de réflexion des membres du Gicam afin de mettre sur pied des stratégies pour tirer le meilleur profit de ce rendez-vous, de définir les secteurs prioritaires auxquels le groupement va s’intéresser. Même chose du côté de la Chambre de Commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun, représentée par son vice-président Ekoko Mukete, par ailleurs, consul honoraire de Turquie à Douala.
La réunion a donc été l’occasion pour le président de la Taba, Fatih Akbulut, de présenter un visage séduisant de la Turquie : 17e puissance économique mondiale, 4e producteur mondial de ciment, 2e constructeur mondial derrière la Chine, Istanbul est la 5e ville la plus visitée au monde… Il a tenu à rappeler que le Tabs 2016 n’est pas simplement un rendez-vous commercial, mais aussi un rendez-vous pour signer des accords de transfert de technologie. 
Le Tabs 2016 pourrait aussi être l’occasion, avec des échanges entre Turquie et Cameroun qui tournent autour de 60 milliards F, de rééquilibrer une balance commerciale défavorable pour le triangle national, de l’avis de Pierre Bouopda Kamé, consultant pour le compte de Sofitoul, partenaire local de la Taba. 

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie