Interview: « Le silence est le plus grand obstacle au combat »

Lydie Biby Meghuiope, responsable d’antenne Ouest de l’Association de lutte contre les violences faites aux femmes.

L’inceste semble prendre de l’ampleur au Cameroun. Pensez-vous qu’il y ait des raisons de s’inquiéter ?

La société fait face à de nombreuses déviances en progression. On a envie de se demander ce qui se passe. L’on est en droit de s’en inquiéter au regard des destructions profondes que l’inceste produit, aussi bien sur les victimes que sur les membres de la famille et dans la société toute entière. Nous avons récemment géré deux cas d’inceste. Pour le premier, c’est un géniteur qui abusait de sa fille. La famille l’a accusé de pratiquer la sorcellerie. Pour le deuxième cas, la jeune fille a également été abusée par son père, et comble des malheurs, elle est tombée enceinte de lui. La mère était obligée de procéder à un avortement. Dans la plupart des cas, le silence reste encore courant. Les familles pensent protéger les victimes de cette manière.

Quelles sont les actions que vous menez au quotidien pour lutter contre le phénomène et aider les victimes ?

La promiscuité, le manque de communication entre parents et enfants, le vice sont autant de conditions qui favorisent l'inceste. Ce phénomène peut être évité avec un minimum de précaution. C’est pourquoi notre association de lutte contre les violences faites aux femmes mène plusieurs actions. Notamment la sensibilisation. Nous sensibilisons les familles sur les conséquences de tels actes. Nous procédons également à l’écoute, ainsi qu’à l’accompagnement psychologique des victimes.

Vos actions portent-elles déjà des fruits ?

Les familles préfèrent gérer le problème elles-mêmes, ne pas ébruiter l’affaire, au risque de jeter l'opprobre sur elles. Ce silence est d’ailleurs l&rsquo...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category