Conseil de paix et sécurité de l’Union africaine : le Cameroun pour une mutualisation des intelligences

La voix du pays était portée par le ministre délégué auprès du Minrex, Felix Mbayu, à l’occasion de la 1058e réunion présidée hier par le Ghana en visioconférence.

La 1058e session du Conseil de paix et sécurité de l’Union africaine (UA) s’est tenue hier, 17 janvier 2021 par visioconférence, pandémie à coronavirus oblige. Ces travaux avaient pour principal objectif, d’entériner les conclusions des assises de décembre 2021 dernier à Oran en Algérie. Le Cameroun dont la délégation était conduite par le ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures chargé du Commonwealth (Mindelcom), Felix Mbayu a fait entendre sa voix. Notamment sur la problématique de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, et l’appui au renforcement des capacités des institutions régionales en matière de sécurité. A ce titre, Le Mindelcom a fait savoir que le pays milite pour une mutualisation des intelligences, à travers « la mise sur pied rapide d’une mission conjointe globale ». Celle-ci aidera à répondre à la nature mutante et complexe des menaces auxquelles la région du Sahel fait face. Et son financement, a-t-il précisé, « serait assis sur les contributions obligatoires de l’Organisation des nations unies ».
Concernant le deuxième aspect, Felix Mbayu a dit que le Cameroun est favorable au renforcement des aptitudes des institutions régionales de sécurité mises en place, en matière de réponse aux menaces de crise. Dans ce sens, l’alerte précoce se pose comme l’arme fatale qui permettrait d’anticiper sur les belligérants. Car convaincu de ce que ces organes doivent continuer à jouer un rôle majeur dans la prévention des crises dans ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category