Destruction des cultures : la menace des éléphants et oiseaux granivores

En deux semaines seulement, de nombreuses plantations sont déjà détruites dans la région de l’Extrême-Nord.

Les oiseaux granivores sont dans le ciel de l’Extrême-Nord depuis fin décembre. Après leur passage, c’est la désolation chez les producteurs agricoles. De vastes étendues de cultures sont dévorées. Selon les informations obtenues auprès des producteurs de mil de contre saison, appelé localement sorgho ou karal, ces oiseaux migrants viennent de Waza dans le Logone-et-Chari et du Nord du Nigeria, à la recherche de nourriture. D’après les responsables de la délégation régionale du ministère de l’Agriculture et du Développement rural (Minader), l’on estime à environ 1500 hectares, les surfaces des cultures déjà attaquées. Les localités concernées sont entre autres, Zenemé, Talla-Katchi, Cherif-Moussari, Gokoro, Korsamba, Katcharahé et Goldavi dans le Mayo-Moskota, département du Mayo-Tsanaga. Jusqu’ici, pour les éloigner, les villageois usent de bruits de récipients, casseroles et tam-tams. « Il faut des moyens plus appropriés pour faire face à ces oiseaux », affirme Glavanda, producteur. En attendant, c’est la désolation dans les familles qui ne savent plus à quel saint se vouer. 
Dans la même veine, une autre menace se profile à l’horizon. Celle des éléphants qui, depuis quelques jours, reviennent sur le chemin emprunté il y a à pein...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category