Respect des mesures barrières : les lieux de culte maintiennent le cap

Hommes d’église et fidèles s’activent pour barrer la voie à la pandémie.

Paroisse de Kiiki par Bafia, département du Mbam et Inoubou. Il est 7h ce 16 janvier 2022. Plus d’une heure avant le début du culte de clôture de la 65e Assemblée générale de l’Eglise presbytérienne camerounaise, tous les membres du protocole ont déjà pris position devant les portes d’entrée du Consistoire Judée-Salom.

Gels hydro-alcooliques entre les mains pour certains et paquets de cache-nez pour les autres, les agents du protocole, revêtus de blouses et filets jetables, imposent ces deux éléments à toute personne qui souhaite rentrer dans le temple. Même les hautes autorités de la paroisse sont soumises à ces règles de mesures barrières.  Le ministre Achille Bassilekin III, président du Comité d’organisation de ces assises de l’assemblée générale de l’EPC et tout son staff ne dérogent pas à la règle. Toutes les entrées sont filtrées. Les agents de protocole vont jusqu’à sillonner les allées du temple dans le but de repérer un fidèle sans masque et de l’équiper sur place. « Le Covid-19 est toujours une réalité et il est de bon ton pour nous les chrétiens de prêcher par le bon exemple », a déclaré Simon Pierre Kooko, ancien d’église.

Le respect des mesures barrières bat également son plein au sein de la paroisse Saint Esprit de Mvolyé à Yaoundé. Ici, aucun fidèle n’assiste à la messe du matin comme celle du soir sans son masque. Habitués à cette règle, certains fidèles arrivés sans cache-nez, s’en procurent à l’extérieur de la paroisse, où bon nombre de commerçantes proposent différents motifs et couleurs au prix de 100 à 200 F. Assis à quelques mètres de distance, fidèles et serviteurs de Dieu se donnent la paix de loin. On agite juste les mains en direction de ses voisins.

Plus d’accolades, en ces temps de crise sanitaire. Chacun tient à préserver sa vie et celle de ses...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category