Ngondo au patrimoine immatériel de l’Unesco : on peaufine le dossier technique

Une réunion décisive pour la finalisation du processus ouverte hier, 24 janvier au palais Dika Akwa à Douala.

Eviter que le Ngondo ne tombe sous les mêmes observations que celles faites par l’organe d’évaluation de l’Unesco au Nguon. C’est l’un des objectifs de la réunion technique ouverte hier, 24 janvier à Douala par l’Inspecteur général du ministère des Arts et de la Culture (Minac), Théophile Eyango. La rencontre a débuté en présence de Leurs Majestés Essaka Ekwalla, président en exercice du Ngondo, chef du canton Deido, et Jean Yves Eboumbou Douala Manga Bell, chef du canton Bell.
Pour Théophile Eyango, c’est sur la base des observations faites sur le dossier du Nguon que le Minac a instruit cette mission. « Avec l’accord des dépositaires du Ngondo, le ministre a souhaité que nous revenions travailler sur le formulaire technique, afin de faire quelques réajustements en tenant compte des observations qui ont été faites sur le dossier du Nguon », a indiqué l’inspecteur général du Minac. Il a tenu à préciser que les éléments proposés par le gouvernement à l’Unesco pour leur inscription sur la liste représentative appartiennent d’abord aux communautés. « Il s’agit pour nous de mettre toutes les chances de notre côté pour que ce dossier, une fois déposé, connaisse le succès que tout le peuple camerounais attend des éléments du patrimoine immatériel que le gouvernement se propose d’inscrire sur la liste immatérielle du pa...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category