Médicament: le bon usage expliqué aux élèves

Synergies africaines, l’Ong panafricaine a lancé la version numérique de ce programme hier au lycée bilingue de Yaoundé.

Le choix s’est porté sur le lycée bilingue de Yaoundé. C’est ici que Synergies africaines a lancé la version numérique du programme d’éducation pour le Bon usage du médicament (BUM) en faveur des établissements d’enseignement secondaire de la ville de Yaoundé. C’était en présence de Pierre Savart, directeur des opérations internationales de « Les entreprises du médicament » (LEEM) societé basée en France et Michel Katz, conseiller juridique du LEEM et de l’ambassadeur de France au Cameroun, Gilles Thibault. Dans le viseur, 299 établissements secondaires publics et privés et 46 000 élèves de Yaoundé et Douala, ciblés pour cette phase-pilote. « La première dame du Cameroun, Mme Chantal Biya, insiste pour que l’éducation de l’enfant soit intégrale. Les problèmes de santé sont quotidiens et constituent de grandes difficultés pour la vie et la survie de l’enfant.  C’est important pour elle que l’enfant développe certains reflexes qui le mettent hors du circuit de faux médicaments qui, au lieu de le sauver, le tue », a expliqué Jean Stéphane Biatcha, secrétaire exécutif de Synergies africaines. Ceci dans la mesure où l’Afrique reste un terreau fertile parce que 30 à 70 % des médicaments vendus sont contrefaits.
Le médicament améliore la santé de manière significative en ce sens qu’il prévient, soigne et guérit à condition de respecter la dose thérapeutique. Conscients de cela, les responsables de LEEM et Synergies africaines ont édifié les élèves sur les outils pédagogiques version numérique. La méthode s’appuie sur trois éléments. D’abord, le livret du formateur réparti en sept chapitres avec trois thèmes qui tournent autour des symptômes de la maladie, la notion d’évacuation thérapeutique et de l’information pour mieux se soigner. Ensuite, le livre de l’enfant : « Mon passeport pour la santé » dans lequel les apprenants trouveront des scènes ludiques illustrées pour une meilleure assimilation. Enfin, la bande dessinée : « Remi est malade ». Le tout agrémenté de tests de connaissances sur les bonnes pratiques, notamment le circuit officiel du médicament. Pour acquérir ces connaissances, l’élève n’a pas besoin d’une connexion Internet. Il suffit de disposer d’une clé Usb. C’est dans ce sens que 100 clés Usb ont été mises à la disposition à titre symbolique pour le dispatching dans 100 établissements secondaires de Yaoundé.
Et le proviseur du lycée bilingue de Yaoundé, Chia Che Steve, n’a pas caché sa satisfaction à l’endroit de la First Lady. « Ces leçons vont permettre aux élèves d’être bien informés sur les médicaments commercialisés dans nos rues. Nous disons à Mme Chantal Biya d’aller de l’avant dans ce combat pour l’amélioration de la santé des populations camerounaises. »

 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category