RDPC: les militants préparent leur revanche à Makak

Makak (Nyong et Kéllé) – Dépasser les dissidences pour envisager l’avenir sous de meilleurs auspices. C’est l’engagement pris récemment par les militants du RDPC à Makak, devant le chef de la délégation permanente départementale du parti pour le Nyong et Kéllé, Bell Luc Réné et sa suite. « L’Upc n’existera plus à Makak », a martelé à tue-tête Simon Pierre Ndjiki Mpeck, le chef de la section Nyong et Kéllé Centre, installé dans la foulée ainsi que tous les responsables  des bureaux des sous-sections et comités de base récemment élus. Comme lui, les autres intervenants n’ont pas manqué d’exprimer leur détermination à tourner la page de l’opposition. La mairie étant passée sous le contrôle de l’Upc en 2013. Tout en critiquant l’inefficacité du nouvel exécutif municipal, l’on s’est vanté des projets en cours de réalisation grâce aux efforts de responsables de la section et des élites du parti. Le chef politique de la section a ainsi cité l’achat par ses soins de 250 lampadaires pour faire de Makak une cité-lumière. Il n’a pas oublié le bitumage en cours de la voirie urbaine de la ville, grâce à un premier financement de 60 millions de F sur les 466 millions attendus du Minepat. De même, a-t-il ajouté, 700 millions de F ont été débloqués pour la voirie du bassin agricole de l’arrondissement, tandis que des campagnes d’adduction d’eau soutenues notamment par le Minee sont en cours dans la ville.
Le chef de la délégation permanente départementale a, pour sa part, rappelé le rôle de chacun des organes de base du parti, en insistant sur la mission d’encadrement dévolue à l’équipe  qu’il pilote. Un encadrement qui a débuté séance tenante, à travers des conseils pratiques prodigués par les membres de la délégation au président de section notamment. Bell Luc Réné, tout en promettant son soutien permanent, a aussi énuméré des mesures à prendre en terme d’organisation du travail et de synergie, pour que « le faux pas de 2013 soit rangé aux oubliettes » dans la perspective de l’échéance de 2018 et que « Makak revienne au RDPC ».
Avancée symbolique, la défection d’un militant de l’UPC, Eric Banyougue, qui a revêtu les habits du RDPC. Un geste motivé par les changements qui s’opèrent dans la ville de Makak grâce au président de section. D’autres ralliements sont espérés, mais ne seront possibles que si les consignes de la hiérarchie du parti sont respectées.

 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category