Festival Mode Cré’Art: deux égéries pour 2017

Fanny Vanessa Ngo Mbock et Merryne Gabriella Ndonou Njiki ont été présentées samedi dernier au Centre culturel camerounais de Yaoundé.

C’est sous les feux des projecteurs dans un son d’ambiance digne de défilé de mode que Fanny Vanessa Ngo Mbock et Merryne Gabriella Ndonou Njiki ont été présentées comme étant les égéries du Festival Mode Cré’Art. C’était le 21 janvier au Centre culturel camerounais de Yaoundé en présence de la marraine de cet événement, Aminatou Ahidjo et d’autres invités triés sur le volet. Ces deux jeunes filles passionnées de mode vont promouvoir toutes les créations de ce concept. « Nous avons une tâche à remplir à savoir valoriser les créations issues de ce festival. De nombreuses activités nous attendent à savoir les shootings et défilés de mode. Ce n’est pas tous les jours qu’on valorise la mode dans notre pays encore moins le mannequinat. On va donner le meilleur de nous-mêmes », lancent-elles en chœur.
Pour la marraine, Aminatou Ahidjo, l’avant-première dudit festival a permis de rectifier le tir pour la suite des évènements. Je suis fière de ces jeunes qui donnent envie de réaliser leurs rêves et leurs projets. C’est pourquoi en tant que marraine je les accompagne et il faut qu’on s’approprie leurs défis pour les mener à bon port même si le chemin est long. Nous sommes là pour ça », a-t-elle assuré. Pour la suite, le promoteur du Festival Jean Pierre Amor a indiqué qu’une action sociale va se dérouler du 8 au 10 février prochain au lycée technique de Yaoundé.  De février à juin, il sera question de la valorisation des égéries. En prélude au Festival proprement dit qui se tiendra en juillet prochain, une semaine sportive sera organisée avec un défilé d’avant- première mais aussi des séances-photos  des acteurs de la mode. « Toutes ces activités visent à ce que tous les secteurs de la mode puissent unir leur force en travaillant ensemble. Ce rassemblement permettra à la filière-couture et industrie de la mode de mettre en synergie leur intelligence », précise le promoteur.
Puisqu’il n’y a pas de mode sans mannequins, des attestions ont été remises aux agences de promotion et du développement de l’art et de la culture camerounaise et spécifiquement à l’encadrement des mannequins.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie