Copp22: leçons de Marrakech

Hier à Yaoundé, le ministre Hele Pierre, chef de la délégation camerounaise a rendu compte de l’évènement tout en faisant le bilan de la participation du Cameroun.

La Cop 22, tenue en novembre dernier à Marrakech au Maroc, a été un succès. Pour preuve, le ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable (Minepded) Hele Pierre en veut la participation massive des pays africains (environ une trentaine), les multiples rencontres organisées et les 35 résultats négociés. Le Cameroun, pour sa part a pris une part active à l’évènement. Hier, le chef de la délégation camerounaise a fait le bilan de la participation à ce grand rendez-vous.
« Le Cameroun a participé à de nombreuses rencontres bilatérales. Les organisations de la société civile étaient fortement présentes dans la Zone verte ». Ainsi on a apprit que la délégation camerounaise a pris part au Segment de haut niveau. Le Minepded  y a expliqué les efforts du Cameroun pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris, tout en présentant les attentes du pays pour la Cop 22. Entre autres, la facilité d’accès au fonds dédié à la lutte contre les changements climatiques, l’accès à moindre coût aux sources d’énergies renouvelables et le transfert des technologies.
Autre activité phare de la Cop 22, le Sommet africain de l’action organisé par le roi Mohammed VI en direction des chefs d’Etats africains. Cette rencontre s’est soldée par une déclaration finale qui consacre la création de trois grandes commissions, lesquelles devront proposer des actions à mener en République du Congo, aux Seychelles et au Niger. Le Bassin du Congo a également été au centre des attentions à travers le lancement de l’initiative « Fonds bleu », initié par le président de la République du Congo, en vue de sa préservation. Par la voix de son ministre des Relations extérieures, le Cameroun lui a manifesté son soutien.
A l’issue de la conférence, les pays ont résolu entre autres de lancer l’initiative pour l’adaptation de l’agriculture  africaine  aux changements climatiques et le partenariat mondial de Marrakech pour l’action climatique globale 2017-2020. Par ailleurs, le Climate Vulnerable Forum s’est engagé à prendre des mesures pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C au-dessus de niveaux préindustriels et conduire une transformation de nos modes de vie vers 100% d’énergie renouvelable.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category