La justice interdit les expulsions aux Etats-Unis

Deux juges fédéraux ont fait suspendre l’application du décret anti-réfugié du président Trump.

Deux décisions de justice distinctes ont ordonné samedi dernier, l'arrêt des détentions et des expulsions de migrants visées par le décret anti-refugié du président américain Donal Trump. Le décret de Donald Trump interdit l'entrée aux États-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane, l'Iran, l'Irak, le Yémen, la Somalie, la Libye, la Syrie et le Soudan. Mais l'ordre présidentiel a été attaqué en justice par plusieurs avocats et organisations de défense des droits de l’homme, dont l'American Civil Liberties Union (ACLU). En effet, des dizaines de ressortissants de ces pays ont été arrêtés dans de nombreux aéroports des Etats-Unis. Et la confusion qui s’en est suivie a suscité une vaste mobilisation aux Etats-Unis.
Dans plusieurs villes américaines, des manifestants ont occupé les halls d’aéroports pour protester contre la décision du président Trump. Sur le front judicaire, la décision de la juge fédérale de Brooklyn, Ann Donnelly nommée par Barack Obama a donné partiellement raison aux associations de défense des droits de l'homme qui contestaient le décret présidentiel. Le gouvernement américain devra notamment communiquer la liste de toutes les personnes interpellées dans les aéroports. À Alexandria, en Virginie, la juge Leonie Brinkema, nommée par Bill Clinton a suspendu pour sept jours l'expulsion de détenteurs de permis de résidence (cartes vertes) retenus à l'aéroport Dulles de Washington. Elle a aussi ordonné aux autorités de permettre l'accès des avocats à leurs clients.
Pour Anthony Romero, le directeur de l'ACLU, «cela montre que quand le président Trump adopte des lois ou des décrets qui sont inconstitutionnels et illégaux, les tribunaux sont là pour défendre les droits de tous ». Toujours est-il que les deux décisions de justice ne sont que provisoires. De nouvelles auditions devraient avoir lieu dans les prochains jours. Par ailleurs, l’Iran, un des pays dont les ressortissants sont visés par le décret de Donald Trump a annoncé son intention d'appliquer la même mesure aux citoyens américains. 6000 soldats américains se trouvent actuellement en Iran.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie