Chirurgie endoscopique en gynécologie : on passe à la pratique

Etudiants et jeunes médecins se familiarisent avec les techniques opératoires et les instruments au Chracerh, dans le cadre du Diplôme universitaire international.

Encore deux jours, et le train des formations initiées depuis le 20 juin dernier au Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya (Chracerh) entrera en gare. En attendant d’y être, étudiants et jeunes médecins d’ici et d’ailleurs participant à la 2e édition du Diplôme universitaire international se font la main. Question de toucher du doigt, au sens propre du terme, les réalités de la chirurgie endoscopique en gynécologie, discipline encore perçue comme élitiste et que les sommités scientifiques réunies au Chracerh veulent propager.
Concrètement, tout au long de cette dernière semaine de travaux, des pathologies gynécologiques de la sphère féminine sont adressées. Des fibromes, myomes aux cancers, en passant par les trompes bouchées et problèmes d’infertilité. Pour ce faire, des malades ont été au préalable enregistrées et internées. Plusieurs blocs opératoires sont réquisitionnés. Les patientes y subissent à tour de rôle les opérations chirurgicales nécessaires. Elles passent entre les mains de différents internes en formation, sous l’encadrement rapproché des grands maîtres issus du Cameroun, du continent et de plus loin dans le monde. Il y a là en chef de file, Pr. Jean Marie Kasia, gynécologue obstétricien, Adg du Chracerh. Et aussi Pr. Van Herendael de Belgique, Pr. Meenu Agarwal d’Inde, Pr. Bettocchi d’Italie, Dr Sedrati d’Algérie, entre autres. Ici, un apprenant s’exerce en compagnie d’un mentor à raboter un fibrome et à le faire sortir par petits morceaux par les voies basses. Là, une équipe est en train de retirer l’utérus d’une patiente affectée par un cancer du col. Une autre libère les adhérences (accolements anormaux de tissus) formées autour des trompes d’une troisième patiente. A l’étage en dessous des blocs opératoires, à l’amphithéâtre de l’hôpital, d’autres étudiants assistent au déroulement des opérations par visiocon...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category