Huile de palme brute non industrielle : les petits producteurs formés

Un atelier de sensibilisation organisé par l’Institut de Recherche agricole pour le Développement s’est achevé hier à Douala.

Atelier de sensibilisation des petits producteurs sur les aspects liés à la qualité de l’huile de palme brute non industrielle. C’est l’intitulé de la formation de deux jours achevé hier, 30 juin 2022, au Centre régional de la Recherche scientifique et de l’Innovation pour le Littoral à Douala.
Il s’agissait, lors de la session organisée à l’endroit d’une vingtaine d’agriculteurs par l’Institut de Recherche agricole pour le Développement (Irad), un des organismes phares du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation, d’accompagner ces acteurs, comme l’a expliqué le Dr Lucien Etamè Sonè, chef du centre régional du Minresi pour le Littoral : « Ils sont un maillon important de cette chaîne de production de l’huile de palme et il est question de les sensibiliser et de les former à l’utilisation des résultats de la recherche. Ce qui pourra impacter leur rendement de production et permettre d’apporter une solution dans le sens de la baisse des prix sur le marché où on observe ces derniers temps une inflation sur des denrées alimentaires de première nécessité. »
Parlant de rendement, c’est justement l’une des difficultés relevées par les petits producteurs, parmi lesquels Emmanuel Bertrand Kemayo, exploitant dans les zones de Missolè et Pitti, sur une centaine d’hectares : « Nous n’avons pas de matériel adéquat pour extraire l’huile de palme de bonne qualité. L’autre impact négatif de ce manque de matériel, c’est les pertes enregistrées dans la production. Nous souhaitons donc que notre façon de travailler s’améliore. »
Afin que ces objectifs soient atteints, le Dr Georges Ngando Ebongue, directeur de recherches à l’Irad, et d’autres experts, ont encadré les participants sur plusieurs modules : l’huile de palme bru...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category