Exposition : les Grassfields en vitrine à Paris

L’expo « Sur la Route des chefferies du Cameroun : du visible à l’invisible » a attiré depuis son lancement le 5 avril dernier, des milliers de visiteurs au musée du quai Branly à Paris.

Du 5 avril au 17 juillet 2022, l’association Route des chefferies du Cameroun, a écrit une page de l’histoire. Dans le cadre de la saison culturelle du Cameroun en France, elle a révélé les épopées d’un pan du patrimoine national, celui des Grassfields, zone géographique embrassant les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest, au musée du quai Branly Jacques Chirac à Paris. Dans l’espace dédié à cette exposition temporaire, les visiteurs, s’ils sont des membres de la diaspora camerounaise en France, renouent avec leurs origines, pour certains après de nombreuses années. Plusieurs fils et filles des Grassfields résidant en France et dans les autres pays européens environnants ont tenu à venir s’abreuver à la source patrimoniale de leurs parents. Pour les visiteurs d’origine européenne, c’est une belle vitrine de la culture et des richesses patrimoniales du Cameroun. 
L’exposition « Sur la route des chefferies du Cameroun : du visible à l’invisible » s’ouvre sur une carte du Cameroun divisant son territoire en quatre aires culturelles. Elle enchaîne ensuite avec des articulations comme ce rapport entre la cosmogonie, l’homme, la nature et les croyances ; l’art royal, une création au service du pouvoir, avec en prime une large partie consacrée au rôle des reines dans les royaumes bamilékés ; ou encore la place de l’art dans les sociétés secrètes. Cette matinée du dimanche 10 juillet, un groupe de journalistes venus en France à l’invitation du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, a choisi de se lancer dans ce périple livrant les secrets de l’Ouest-Cameroun. Guidés par Cindy Olohou, la commissaire associée de cette expo, (le commissaire général étant Sylvain Djache Nzefa, fondateur et coordonnateur général de la Route des chefferies), ils découvrent tout comme les milliers de visiteurs qui ont franchi les portes du musée du quai Branly depuis plus de trois mois, une organisation des chefferies bamilékés, fédérées autour de rois et de reines auxquels des communautés vouent un amour et une loyauté sans faille. 
Les sculptures, tenues tra...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category