Cacao: les producteurs parient sur la qualité

Eséka, chef lieu du département du Nyong-et-Kellé, région du Centre, grand bassin de production de cacao a abrité hier, la réunion d’évaluation à mi-parcours de la campagne cacaoyère  2016/2017. Six mois après le lancement de ladite campagne le 31 juillet 2016, la Société coopérative des producteurs de cacao du Nyong-et-Kellé (Socoprocanyk COOP CA) a déjà vendu 1500 tonnes de fèves de cacao. Par rapport aux 2800 tonnes vendues à cettemême période lors de la dernière campagne, c’est une baisse de plus de 1000 tonnes. Soit. Les 1800 producteurs regroupés au sein de cette coopérative agricole ont choisi de mettre l’accent sur la qualité de leurs fèves, rejetant ainsi le cacao de moindre qualité. L’objectif final étant d’obtenir un label certifié, selon un responsable du Conseil inter-professionnel du cacao et du café (CICC). C’est pour cette raison que 40 producteurs ont été formés comme vérificateurs de la qualité du cacao lors de la précédente campagne. Après la fusion de petites coopératives au sein d’une société coopérative, le prochain cap fixé est la professionnalisation, avec l’adhésion de toute l’élite locale pour la production d’un cacao de bonne qualité.
L’interprofession, dans le cadre du programme AOC (Appui à l’organisation de la commercialisation du cacao) encadre cette coopérative depuis sa création en juillet 2014. Un accompagnement qui a permis de faire évoluer les ventes vers la hausse. Avec un tonnage de départ de près de 556 tonnes de fèves vendues séparément par une quarantaine d’OPA (organisations de producteurs agricoles), la Socoprocanyk a relevé ses ventes à 4203 tonnes sur 38 marchés, lors de la campagne 2014/2015. Pour la campagne suivante (2015/2016), la coopérative est passée au groupage, deuxième niveau de commercialisation et a ainsi pu écouler 1800 tonnes de fèves. Par contre, les prix se sont nettement améliorés. On est passé de 1175 F à 1200 F le kilogramme de cacao en ce qui concerne les prix minima entre ces deux campagnes. De même, les prix maxima, sur la même période sont passés de 1465 à 1560 F le Kilogramme.
Les producteurs ont ainsi pu constituer 142,8 millions de F d’épargne propre pour l’achat des intrants lors de la campagne 2015/2016. Soit quatre fois l’épargne réalisée lors de la précédente campagne évaluée à 35 millions de F. L’évaluation de la campagne cacaoyère 2016/2017 qui s’étend jusqu’au 1er août prochain était aussi l’occasion de remobiliser et discipliner davantage les producteurs-membres de cette coopérative départementale.
 

 

">

Les cacaoculteurs du Nyong-et-Kellé réunis au sein d’une société coopérative se sont engagés sur cette voie, prenant le risque de voir leurs ventes diminuer.

Eséka, chef lieu du département du Nyong-et-Kellé, région du Centre, grand bassin de production de cacao a abrité hier, la réunion d’évaluation à mi-parcours de la campagne cacaoyère  2016/2017. Six mois après le lancement de ladite campagne le 31 juillet 2016, la Société coopérative des producteurs de cacao du Nyong-et-Kellé (Socoprocanyk COOP CA) a déjà vendu 1500 tonnes de fèves de cacao. Par rapport aux 2800 tonnes vendues à cettemême période lors de la dernière campagne, c’est une baisse de plus de 1000 tonnes. Soit. Les 1800 producteurs regroupés au sein de cette coopérative agricole ont choisi de mettre l’accent sur la qualité de leurs fèves, rejetant ainsi le cacao de moindre qualité. L’objectif final étant d’obtenir un label certifié, selon un responsable du Conseil inter-professionnel du cacao et du café (CICC). C’est pour cette raison que 40 producteurs ont été formés comme vérificateurs de la qualité du cacao lors de la précédente campagne. Après la fusion de petites coopératives au sein d’une société coopérative, le prochain cap fixé est la professionnalisation, avec l’adhésion de toute l’élite locale pour la production d’un cacao de bonne qualité.
L’interprofession, dans le cadre du programme AOC (Appui à l’organisation de la commercialisation du cacao) encadre cette coopérative depuis sa création en juillet 2014. Un accompagnement qui a permis de faire évoluer les ventes vers la hausse. Avec un tonnage de départ de près de 556 tonnes de fèves vendues séparément par une quarantaine d’OPA (organisations de producteurs agricoles), la Socoprocanyk a relevé ses ventes à 4203 tonnes sur 38 marchés, lors de la campagne 2014/2015. Pour la campagne suivante (2015/2016), la coopérative est passée au groupage, deuxième niveau de commercialisation et a ainsi pu écouler 1800 tonnes de fèves. Par contre, les prix se sont nettement améliorés. On est passé de 1175 F à 1200 F le kilogramme de cacao en ce qui concerne les prix minima entre ces deux campagnes. De même, les prix maxima, sur la même période sont passés de 1465 à 1560 F le Kilogramme.
Les producteurs ont ainsi pu constituer 142,8 millions de F d’épargne propre pour l’achat des intrants lors de la campagne 2015/2016. Soit quatre fois l’épargne réalisée lors de la précédente campagne évaluée à 35 millions de F. L’évaluation de la campagne cacaoyère 2016/2017 qui s’étend jusqu’au 1er août prochain était aussi l’occasion de remobiliser et discipliner davantage les producteurs-membres de cette coopérative départementale.
 

">

Les cacaoculteurs du Nyong-et-Kellé réunis au sein d’une société coopérative se sont engagés sur cette voie, prenant le risque de voir leurs ventes diminuer.

Eséka, chef lieu du département du Nyong-et-Kellé, région du Centre, grand bassin de production de cacao a abrité hier, la réunion d’évaluation à mi-parcours de la campagne cacaoyère  2016/2017. Six mois après le lancement de ladite campagne le 31 juillet 2016, la Société coopérative des producteurs de cacao du Nyong-et-Kellé (Socoprocanyk COOP CA) a déjà vendu 1500 tonnes de fèves de cacao. Par rapport aux 2800 tonnes vendues à cettemême période lors de la dernière campagne, c’est une baisse de plus de 1000 tonnes. Soit. Les 1800 producteurs regroupés au sein de cette coopérative agricole ont choisi de mettre l’accent sur la qualité de leurs fèves, rejetant ainsi le cacao de moindre qualité. L’objectif final étant d’obtenir un label certifié, selon un responsable du Conseil inter-professionnel du cacao et du café (CICC). C’est pour cette raison que 40 producteurs ont été formés comme vérificateurs de la qualité du cacao lors de la précédente campagne. Après la fusion de petites coopératives au sein d’une société coopérative, le prochain cap fixé est la professionnalisation, avec l’adhésion de toute l’élite locale pour la production d’un cacao de bonne qualité.
L’interprofession, dans le cadre du programme AOC (Appui à l’organisation de la commercialisation du cacao) encadre cette coopérative depuis sa création en juillet 2014. Un accompagnement qui a permis de faire évoluer les ventes vers la hausse. Avec un tonnage de départ de près de 556 tonnes de fèves vendues séparément par une quarantaine d’OPA (organisations de producteurs agricoles), la Socoprocanyk a relevé ses ventes à 4203 tonnes sur 38 marchés, lors de la campagne 2014/2015. Pour la campagne suivante (2015/2016), la coopérative est passée au groupage, deuxième niveau de commercialisation et a ainsi pu écouler 1800 tonnes de fèves. Par contre, les prix se sont nettement améliorés. On est passé de 1175 F à 1200 F le kilogramme de cacao en ce qui concerne les prix minima entre ces deux campagnes. De même, les prix maxima, sur la même période sont passés de 1465 à 1560 F le Kilogramme.
Les producteurs ont ainsi pu constituer 142,8 millions de F d’épargne propre pour l’achat des intrants lors de la campagne 2015/2016. Soit quatre fois l’épargne réalisée lors de la précédente campagne évaluée à 35 millions de F. L’évaluation de la campagne cacaoyère 2016/2017 qui s’étend jusqu’au 1er août prochain était aussi l’occasion de remobiliser et discipliner davantage les producteurs-membres de cette coopérative départementale.
 

">

Les cacaoculteurs du Nyong-et-Kellé réunis au sein d’une société coopérative se sont engagés sur cette voie, prenant le risque de voir leurs ventes diminuer.

Eséka, chef lieu du département du Nyong-et-Kellé, région du Centre, grand bassin de production de cacao a abrité hier, la réunion d’évaluation à mi-parcours de la campagne cacaoyère  2016/2017. Six mois après le lancement de ladite campagne le 31 juillet 2016, la Société coopérative des producteurs de cacao du Nyong-et-Kellé (Socoprocanyk COOP CA) a déjà vendu 1500 tonnes de fèves de cacao. Par rapport aux 2800 tonnes vendues à cettemême période lors de la dernière campagne, c’est une baisse de plus de 1000 tonnes. Soit. Les 1800 producteurs regroupés au sein de cette coopérative agricole ont choisi de mettre l’accent sur la qualité de leurs fèves, rejetant ainsi le cacao de moindre qualité. L’objectif final étant d’obtenir un label certifié, selon un responsable du Conseil inter-professionnel du cacao et du café (CICC). C’est pour cette raison que 40 producteurs ont été formés comme vérificateurs de la qualité du cacao lors de la précédente campagne. Après la fusion de petites coopératives au sein d’une société coopérative, le prochain cap fixé est la professionnalisation, avec l’adhésion de toute l’élite locale pour la production d’un cacao de bonne qualité.
L’interprofession, dans le cadre du programme AOC (Appui à l’organisation de la commercialisation du cacao) encadre cette coopérative depuis sa création en juillet 2014. Un accompagnement qui a permis de faire évoluer les ventes vers la hausse. Avec un tonnage de départ de près de 556 tonnes de fèves vendues séparément par une quarantaine d’OPA (organisations de producteurs agricoles), la Socoprocanyk a relevé ses ventes à 4203 tonnes sur 38 marchés, lors de la campagne 2014/2015. Pour la campagne suivante (2015/2016), la coopérative est passée au groupage, deuxième niveau de commercialisation et a ainsi pu écouler 1800 tonnes de fèves. Par contre, les prix se sont nettement améliorés. On est passé de 1175 F à 1200 F le kilogramme de cacao en ce qui concerne les prix minima entre ces deux campagnes. De même, les prix maxima, sur la même période sont passés de 1465 à 1560 F le Kilogramme.
Les producteurs ont ainsi pu constituer 142,8 millions de F d’épargne propre pour l’achat des intrants lors de la campagne 2015/2016. Soit quatre fois l’épargne réalisée lors de la précédente campagne évaluée à 35 millions de F. L’évaluation de la campagne cacaoyère 2016/2017 qui s’étend jusqu’au 1er août prochain était aussi l’occasion de remobiliser et discipliner davantage les producteurs-membres de cette coopérative départementale.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category