Banque africaine de développement: Les attentes du secteur privé

Le Directeur général du bureau régional de l’Afrique centrale, Serge N’Guessan, était au Gicam ce lundi pour échanger sur la question.

E ntre 2015 et 2022, les appuis de la Banque africaine de développement (BAD) au Cameroun se sont élevés à 1594 milliards de F. Et dans cette enveloppe, seulement 6,3%, soit 100 milliards de F, ont été octroyés au secteur privé. Un financement minime, de l’avis de Serge N’Guessan, le directeur général du bureau régional de la BAD pour l’Afrique centrale, qui était à Douala ce 26 septembre 2022 pour un dialogue avec le secteur privé en général et le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) en particulier. Un secteur privé qui en Afrique contribue à hauteur de 70% des investissements et du Produit intérieur brut (Pib) et génère 90% des emplois. Il s’agit donc de casser l’image de banque de financement du secteur public en Afrique selon M. N’Guessan. Il explique que « la Banque africaine est un peu loin du secteur privé, surtout en Afrique centrale. Nous avons décidé de changer de paradigme et il est question de mettre le secteur privé au centre de nos interventions. Notre ambition est de pouvoir avoir une parité au niveau des investissements publics et privés dans les sept années à venir. » Ces sept années, de 2023 à 2030, représentent la période de couverture choisie pour la future Stratégie pays de la BAD pour le Cameroun dont le Document (Dsp) est en préparation. Période adoptée pour coïncider avec la Stratégie nationale de développement du Cameroun 2030 (SND30). Dans le Dsp Cameroun donc, l’objectif global est « la transformation structurelle pour une croissance forte, inclusive et durable », avec comme axes l’industrialisation, le développement d’un capital humain de qualité et le renforcement de la gou...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category