Gestion des finances publiques: à l’épreuve de l’efficacité

La deuxième évaluation du système a été lancée hier, selon la méthodologie dite PEFA.

En lançant hier à Yaoundé la deuxième évaluation du système de gestion des finances publiques au Cameroun selon l’approche PEFA – comprenez Public Expenditure and Financial Accountability – le ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, a eu le fin mot pour préciser le contexte et l’opportunité de cette démarche. « A travers cette revue, nous avons pour ambition d’interroger en profondeur notre système de gestion des finances publiques […] Elle se positionne comme une démarche d’auto-évaluation du système budgétaire et financier dans son ensemble. Elle va servir de cadre de référence, de base d’information et de monitoring […] La mise en place des appuis budgétaires s’en trouvera forcément facilitée. Enfin, elle est réalisée pour servir de base d’élaboration d’une nouvelle stratégie de mise en œuvre de la réforme… » Rien, mieux que ces mots du chef du département des Finances, ne pouvait mettre en scène le séminaire qui a servi de cadre au lancement de la deuxième revue PEFA.
Comme pour justifier l’indispensable recherche de l’efficacité dans la gestion des ressources publiques, le contexte actuel, fait de petits pas malheureusement freinés par des crises et des tensions aussi bien aux plans national, régional qu’international, dicte la loi de l’orthodoxie. Les orientations des chefs d’Etat de la CEMAC à l’issue de leur sommet extraordinaire tenu à Yaoundé en décembre dernier n’ont pas manqué d’inspirer Alamine Ousmane Mey, qu’a précédé sur l’estrade l’ambassadeur et chef de délégation de l’Union européenne au Cameroun, parlant au nom des partenaires techniques du gouvernement, Françoise Collet. Pour ce qui est du Cameroun, comme présentée par le MINFI, l’évaluation lancée hier « porte sur la situation des finances publiques autour de trois objectifs budgétaires principaux à savoir : la discipline budgétaire, l’allocation stratégique des ressources et la prestation efficiente des services publics ».
Le succès de cette démarche dépend incontestablement de la mise à jour des outils d’aide à la décision. Sur révélation du MINFI, nous apprenons, par exemple, qu’au cours de l’année 2017, une série d’études techniques, socio-économiques et des revues sectorielles devant mettre en exergue les nouvelles priorités du gouvernement en matière de politique publique sera réalisée. Et de préciser : « Le gouvernement aura alors une idée précise du niveau actuel des besoins de nos populations dans ses différents secteurs… » La méthodologie PEFA, qui est  pour le gestionnaire ce qu’est le thermomètre pour le médecin (dixit Françoise Collet) semble la mieux indiquée.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category