Le Sahel en ordre de bataille

Les chefs d'Etat des pays membres du G5 Sahel : Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad et Mauritanie se sont retrouvés hier à Bamako.

Un sommet extraordinaire des chefs d'Etat des pays-membres du G5 Sahel : Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad et Mauritanie s’est tenu hier à Bamako. Ce rendez-vous avait pour thème « la situation sécuritaire au Mali et son impact dans le Sahel ». Le G5 Sahel constitue un espace regroupant la plus grande concentration de menaces sur la paix, la sécurité et le développement. C’est la raison pour laquelle depuis le 16 février 2014, les chefs d’Etat du G5 Sahel ont décidé de coordonner leurs politiques et stratégies de développement et de sécurité. Cette initiative était une mesure complémentaire au rétablissement de la paix au Mali en proie dès 2012 à une rébellion armée et qui est devenu incidemment le terreau du terrorisme dans le Sahel.
Aujourd’hui, la situation sécuritaire du Mali demeure précaire. Le sommet extraordinaire des chefs d'Etat du G5 Sahel a été convoqué à cause de la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays. Chaque semaine pratiquement, on enregistre une attaque dans le nord ou le centre du pays où les groupes armés font toujours la loi. Ils sont même à la base de nombreux attentats enregistrés récemment au Mali, au Burkina Faso, au Niger et en Côte d’Ivoire. Le sommet de Bamako a pour but de trouver des réponses adéquates au péril sécuritaire. Il est question de la création et de l’opérationnalisation d’une force militaire conjointe. Celle-ci pourrait garantir la sécurité des personnes et des biens tant au Mali qu’au Sahel. D’après un expert  des questions de sécurité dans le sahel, « il  faut aller plus loin et rendre effectives par exemple les patrouilles mixtes entre armées des pays du G 5».
La menace terroriste est devenue transfrontalière. Et comme le thème de la rencontre de Bamako l’indique, la situation sécuritaire au Mali a des répercussions dans toute la sous-région sahélienne. Des pays comme le Niger et le Burkina voisins font régulièrement face à des actes terroristes dont les auteurs viendraient du Mali où ils ont établi leurs bases. Le Mali apparaît dès lors comme un partenaire incontournable dans la stratégie de lutte contre le terrorisme dans la sous-région. D’après un officiel malien « si les terroristes quittent d'autres pays pour venir chez nous, cela veut dire que nos voisins, nos partenaires doivent aussi rester vigilants ».

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie