Nouvelle flambée de violences en Centrafrique

A Bambari, une guerre de positionnement oppose depuis quelques jours deux factions rivales de l’ex-Séléka.

La préfecture de la Ouaka dans le Centre-Est de la République centrafricaine à une soixantaine de kilomètres de Bambari est depuis quelques jours le théâtre d’affrontements violents opposant deux factions rivales de l’ex-Séléka. D’un côté, la coalition Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique-Mouvement patriotique pour la Centrafrique (FPRC-MPC), deux mouvements issus de l’ex-Séléka conduits par le général Alkatim Mahamat. De l’autre, l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC), une autre faction de l’ex-Séléka, commandé par Ali Darassa. Alors que la coalition vise Bambari, le deuxième mouvement défend son fief. Le week-end dernier, la coalition a réussi à prendre les villes de Djoubissi et de Ndassima qui ont par la suite été reprises par les troupes d’Ali Darassa. Pour l’instant, aucun bilan officiel n’est encore disponible. Mais des sources concordantes parlent de plusieurs morts et blessés.  
En dehors de la lutte armée, les deux camps se livrent également à une guerre de déclaration. «On est actuellement à 40 kilomètres de Bambari pour déloger Ali Darassa parce que Bambari est en otage», a fait savoir Arda Hakouma, l'un des chefs militaires du FPRC. En face, l’on ne l’entend pas de cette oreille. «Ils sont en train de faire une propagande. La ville de Bambari n’est pas menacée à ce jour (…) Ce sont des combats sans précédent, très, très violents, d’une intensité rare. Ça démarre le matin, c’est la nuit qui nous départage et ça reprend encore le lendemain matin», réplique Souleymane Daouda, porte-parole de l'UPC. Les casques bleus de la Mission multidimensionnelle et intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) présents sur les lieux ont tracé une ligne rouge pour délimiter les deux  camps et promettent d’intervenir au moindre franchissement.
En Centrafrique, les combats de positionnement entre les deux belligérants commencent à devenir récurrents. Les derniers affrontements remontant à novembre dernier à Bria dans un conflit qui a fait de nombreux morts et poussé les populations de la localité à prendre fuite.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie