Droits de l’Homme: les avocats mieux outillés

Ils ont participé à un séminaire de formation organisé par le barreau camerounais à Kribi.

La question des droits de l’homme préoccupe. Au Cameroun, sa mise en relief a été concrétisée à travers plusieurs actions du gouvernement. Notamment une nécessaire approche participative et l’implication de la société civile composée d’associations et d’organisations non gouvernementales ayant favorisé l’émergence des défenseurs de ces droits. « Dans la construction ou la consolidation d’un Etat de droit, le rôle de l’Ordre des avocats est déterminant. Le barreau, au-delà de sa fonction d’observation des faits sociaux, a également un devoir d’objection et qui dans la défense des droits, se préoccupe notamment des droits de l’homme ». Tels sont les propos du bâtonnier de l’Ordre des avocats du Cameroun, Me Jackson F. Ngnie Kamga. 
C’est donc dans ce contexte que la Commission des droits de l’homme du barreau du Cameroun (CDHBC) a organisé pendant deux jours à Kribi, un séminaire de formation sur le montage et le suivi-évaluation des projets relatifs à la défense des droits civils et politiques. Ces travaux ont bénéficié de la collaboration de l’Union européenne. Objectif principal, doter les avocats, membres de la CDHBC, de connaissances pratiques et concrètes leur permettant de concevoir, planifier, rédiger, suivre et évaluer les projets qu’ils voudront mettre en place notamment dans le volet des droits civils et politiques. 
A travers les modules de formation, les participants se sont familiarisés avec les principales phases d’un cycle de projet et à la rédaction de projets suivant les canevas et terminologie habituels des bailleurs de fonds. Ils ont aussi eu des techniques leur permettant d’identifier et de formuler des projets relatifs à la défense des droits civils et politiques. «La diversité et la pluralité des droits humains, avec la diversité et la pluralité des membres du barreau, et donc de pratiques différentes, appelaient un temps d’arrêt, une œuvre de synthèse pour livrer à l’opinion la perception qu’a le barreau du Cameroun de la situation des droits de l’homme dans notre pays », a justifié le bâtonnier, Me Jackson F. Ngnie Kamga.
 


 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie