Saison culturelle à Paris : le Cameroun sous les projecteurs

Du 8 au 11 juillet 2022, les artistes camerounais ont démontré leur savoir-faire dans la capitale française, à travers notamment une exposition courue au Musée du Quai Branly Jacques Chirac.

« Succès total ». Ces mots-là, les organisateurs et les principaux acteurs de cette première édition de « Focus Cameroun », encore baptisé Saison culturelle du Cameroun à Paris, les sortent à chaque fois qu’il leur est demandé de qualifier l’événement. Durant quatre jours, ils étaient nombreux à faire vibrer la scène artistique parisienne. Du 8 au 11 juillet 2022, dans le cadre de ce concept inédit, de par des prestations multidisciplinaires, entre musique, danse, arts plastiques, slam, mode et design, performance, spectacles de marionnettes, ils ont montré la diversité de la culture camerounaise devant des publics émerveillés de traverser les frontières par la magie de l’art. Le Théâtre de la Ville de Paris à l’Espace Cardin, dans le 8e arrondissement, s’est fait le décor majeur de ces instants privilégiés dédiés au patrimoine national du Cameroun. 
Nombre de jeunes artistes participant à cette rencontre posaient pour la première fois leurs valises en France. Ils n’ont pourtant pas été impressionnés par les avis de ces spectateurs d’autres cieux. Avec eux, ils n’ont parlé qu’un seul langage : celui de l’art. Les proverbes et autres contes du comédien et metteur en scène David Noundji ont conduit le public dans une atmosphère riche de symboles et de valeurs ancestrales. Keulion, artiste plasticien spécialiste du body-painting, a ramené mesdames et messieurs dans ce couloir convoquant intimité et sensualité. Des motifs traditionnels peints à même la peau de son modèle. La mode et le design ont également été très présents à cette saison culturelle. Donald Chindjou, styliste/modéliste, a pu présenter sa toute récente collection, mêlant des images et symboles traditionnels à des coupes actuelles et modernes. « Je suis lauréat du concept jeunes talents en création de l’Institut français du Cameroun. Je suis heureux d’avoir présenté mon travail devant un public parisien, très sensible à la mode », s’est réjoui l’artiste. 
Autres vecteurs du vivre-ensemble, la compagnie « Les géants du Mboa », et ses marionnettes habillées aux couleurs des quatre aires culturelles du pays. Les musiciens du Laboratoire musical de Bastos, emmenés par Serge Maboma, ont chauffé les plateaux, faisant voyager les rythmes locaux e...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category