Dépôt des listes sénatoriales : affaire close

13 partis politiques ont fait parvenir leurs dossiers de candidatures à Elections Cameroun, dont huit à la direction générale de Youndé, et cinq dans les agences départementales le 28 janvier dernier.

Les portes du siège d’Elections Cameroun (Elecam) se referment dans la nuit froide de Yaoundé. Alors que minuit vient de sonner, le Directeur général des Elections (DGE), Erik Essousse, annonce la fin de la réception des dossiers de candidatures pour les sénatoriales du 12 mars prochain. Au cœur du dispositif, la commission de réception et de transmission des dossiers, mise sur pied au lendemain de la convocation du collège électoral. La journée de samedi, 28 janvier dernier, a été particulièrement chargée pour elle. Car, en dehors de l’Union camerounaise pour la démocratie et l’innovation qui s’est présentée la veille, la plupart des partis politiques engagés pour les sénatoriales ont attendu le dernier jour pour déposer leurs dossiers de candidatures. 
Comme en 2018, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) se présente sur l’ensemble des dix régions. La forte délégation arrivée vers 20h était conduite par le ministre Ibrahim Talba Malla, membre de la Commission centrale d’investiture du RDPC. Ce dernier était accompagné du Pr. Paul Célestin Ndembiyembe, coordonnateur du secrétariat technique de ladite Commission. Les pièces de chaque candidat titulaire et de son suppléant sont examinées l’une après l’autre par une équipe de 20 personnes. L’opération, qui se fait avec minutie, aura nécessité plus de quatre heures d’horloge pour le seul RDPC. Le DGE, Erik Essousse, et son adjoint Abdoulkarimou, supervisent les opérations en effectuant quelques tours dans la salle des travaux et en donnant des indications. 
Bien avant le RDPC, la journée a débuté avec le Front des démocrates camerounais. Une seule liste conduite par son président national, Denis Emilien Atangana, a été présentée dans le Centre. L’Union des populations du Cameroun veut également être de la partie. Son secrétaire général adjoint, Jacques Yete Mbote, annonce que le parti, qui n’a pourtant ni conseiller municipal, ni conseiller régional, convoite des sièges de sénateurs dans le Littoral, le Centre, l’Adamaoua et le Nord-Ouest. L’Union nationale pour la ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category