Consommation: l’inflation en hausse

Selon l'Institut national de la statistique (INS), la hausse est de l’ordre de 1,3% au premier semestre 2016 par rapport à la même période l’année dernière. 

L’étude sur l’évolution de l’inflation au cours du premier semestre 2016 est disponible sur le site de l’Institut national de la statistique (INS). Il en ressort qu’au Cameroun, de manière générale, les prix à la consommation finale des ménages enregistrent, au cours du premier semestre 2016 (de janvier à juin), une hausse de 1,3% par rapport au même semestre de l’année 2015. Cette hausse était de 3,4% il y a un an (entre janvier et juin 2015). C’est dire que les produits ont relativement coûté moins cher durant la première partie 2016, comparativement à la même période en 2015. L’INS signale d’ailleurs qu’en moyenne, sur les douze derniers mois (juillet 2015 à juin 2016), l’inflation est de 1,6% contre 3.0% sur la même période il y a un an (juillet 2014 à juin 2015). Une nouvelle qui fait applaudir les responsables du ministère du Commerce. Ici, l’on rappelle que le challenge du gouvernement est de maintenir en permanence le taux d’inflation en dessous de 3%, taux acceptable dans la sous-région CEMAC. « Dire que nous sommes à 1,3% signifie que le marché est dynamique et que les ménages ne souffrent pas, vu qu’il y a une bonne marge de 1,7 à ne pas dépasser », explique une source au MINCOMMERCE.
Néanmoins, sur la hausse de 1,6% enregistrée sur les douze derniers mois, l’INS explique qu’elle « provient en grande partie de la forte augmentation de 7,4% des prix des boissons alcoolisées et tabacs et 4,9% de ceux des services de restaurants et hôtels, et dans une moindre mesure ceux des produits alimentaires et boissons non-alcoolisées qui se sont accrus de 2,1%. » Occasion de rappeler que les prix des bières ont connu des hausses comprises entre 50 et 100 F, les sociétés brassicoles répercutant le droit d’accise introduit sur les boissons alcoolisées dans la loi de finances 2015. 
Sur le plan spatial, il ressort que les prix à la consommation ont augmenté dans toutes les villes au cours des douze derniers mois. Buea a enregistré la plus forte hausse des prix (3,1%) suivie de Bamenda (2,7%), Bafoussam (2,0%), Ngaoundéré (1,9%) et Ebolowa (1,7%). Les villes de Maroua (0,3%) et Bertoua (0,1%) présentent les taux les plus faibles.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie