Arachide: place à la variété

A l’Ouest « l’arachide du village » laisse de plus en plus de place à des espèces venues d’ailleurs

Read also : Rentrée du deuxième trimestre : ça repart

En 2015, les estimations sur la production de l’arachide dans la région de l’Ouest, révèlent que sur une superficie totale de plus de 25 000 hectares (26094 ha), 32 658,5 tonnes de la spéculation ont été produites. Les départements des Bamboutos et du Koung-Khi sortent du lot, avec des productions respectives de 12 500 et 7 500 tonnes. Ces chiffres produits par le chef service régional des enquêtes et statistiques de la délégation régionale de l’Agriculture et du Développement rural de l’Ouest, Béatrice Kom, sont cependant insatisfaisants. Elle attribue cette situation au fait que les parcelles cultivées sont de faible surface et généralement en pente. 

Read also : Développement de la sous-région : on reparle du financement des projets intégrateurs

Sébastien Mekontso, sous-délégué chargé de la Promotion de l’agriculture et du développement rural, confie d’ailleurs que l’arachide se cultive partout à l’Ouest certes ; mais dans des exploitations familiales essentiellement. « C’est difficile de trouver quelqu’un qui se consacre à l’exploitation de l’arachide exclusivement », fait-il savoir. Toujours est-il que l’arachide fait partie des habitudes agricoles des populations de l’Ouest. La variété locale, généralement appelée « arachide du village », a le vent en poupe. Elle tient cela de sa saveur particulière. Sur le plan du goût, l’arachide du village est sucrée quand on la consomme, précise-t-on. Elle est beaucoup plus cultivée dans les zones aux sols poudreux, comme les Hauts-Plateaux (Bamendjou, Bangou) ou le Koung-Khi (Bandjoun). 

Read also : Loi de finances 2021 : de grandes innovations fiscalo-douanières

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category