Impôts: comment mobiliser 1843 milliards

 Les responsables réunis le week-end dernier à Maroua ont entre autres, convenu dans leur stratégie, d’améliorer les ressources de certains impôts indirects comme la taxe de séjour.

L’administration fiscale doit mobiliser cette année 1843 milliards de F de recettes. Plus de 90% de ce montant (1719 milliards de F) proviendra de recettes fiscales non pétrolières. Et à peine 7% (124 milliards de F) résulteront de l’impôt sur les sociétés pétrolières. La baisse des cours du pétrole brut sur le marché mondial observé depuis juin 2014 (56 dollars le baril hier, contre plus de 100 dollars en 2014), a eu des répercussions sur le rendement de cet impôt. Il est passé de 171,9 milliards de F en 2015 à 5 milliards de F en 2016, en deçà des objectifs visés. Une contre-performance masquée par les recettes fiscales non-pétrolières. Cette année, l’Etat en attend 1719 milliards de F. L’année dernière déjà, la direction générale des impôts (DGI) a pu collecter plus que ce qui était attendu. Soit 1585,5 milliards de F contre 1565 milliards de F escomptés.
Le directeur général des Impôts, Mopa Modeste Fatoing a présidé  du16 au 18 février dernier à Maroua, la première réunion mensuelle de coordination des services centraux et déconcentrés de la DGI. Outre le bilan de l’année 2016, le DGI et ses collaborateurs se sont également penchés sur la stratégie à déployer pour réaliser les objectifs de 2017. Une rencontre qui se tenait au lendemain du 5e Forum africain sur les finances publiques organisé à Yaoundé du 7 au 8 février dernier avec pour thème : « la politique budgétaire sous pression ». Pour accroître les recettes, la DGI entend poursuivre les réformes de politique et l’administration de l’impôt des années précédentes. L’autre action consiste à l’amélioration des ressources attendues de certains impôts indirects, à l’instar de la TSPP (Taxe spéciale sur les produits pétroliers), des droits d’accises, de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) sur les locations meublés et la taxe de séjour. Enfin, l’optimisation des recettes issues de l’application des valeurs mercuriales.
Les réformes engagées dans le but d’améliorer la qualité des services fiscaux vont également se poursuivre. Notamment, l’extension de la télé-déclaration aux centres spécialisés des impôts et à l’enregistrement des mutations de véhicules d’occasion ; la mise en place d’un système de déclaration par téléphone portable pour les petits contribuables, entre autres. Des mesures qui traduisent bien la mise en œuvre des recommandations du Sommet des chefs d’Etat de la CEMAC tenue en décembre dernier à Yaoundé, sur l’élargissement de l’assiette.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category