Niger: l’armée en état d’alerte

L’attaque d’un poste militaire dans la région de Tillabéri a fait au moins onze morts mercredi soir.

Hier l’armée nigérienne était toujours en émoi. Mercredi soir au crépuscule, une de ses positions a été la cible d’une attaque terroriste. C’est un poste militaire dans le département de Ouallam, région de Tillabéri, non loin de la frontière malienne qui a été visé. D’après le premier bilan, onze soldats ont perdu la vie dans l’attaque. Du matériel militaire, notamment sept pick-up a été emporté,  et une autre partie a été détruite. D’après des sources militaires nigériennes relayées par la presse locale, les terroristes après leur forfait ont pris la fuite en direction des frontières malienne et libyenne.
Dès l’annonce de l’attaque de Tillabéri, du côté malien, l’armée a été mise en alerte dans les régions frontalières de Ménaka, Ansongo, et Andéramboukane. Par ailleurs, la force anti-terroriste Barkhane aurait été sollicitée dès jeudi matin. Mais l'armée française  n’avait pas toujours confirmé cette information au moment où nous mettions sous presse. Par ailleurs, l’attaque de mercredi soir n’a pas encore été revendiquée, mais de lourds soupçons pèsent sur la branche sahélienne du groupe Etat islamique (EI). En effet, cette branche dirigée par Abou Walid el-Sarhaoui est à la manœuvre depuis plusieurs mois dans le nord du Niger. El-Sarhoui est en outre l’un des seigneurs de guerre de la région de Gao près de Ménaka. Et c’est en direction du Mali que les assaillants du camp militaire de Tillabéri se sont dirigés.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie