Maroua-Kousseri: les points critiques aménagés

En attendant les travaux de réfection totale de ce tronçon routier, les travaux de traitement des points critiques ont été réalisés pour assurer la circulation.

Pour aller de Maroua à Kousseri, on est passé de 11 heures à 6 heures de temps dans le parcours de cette distance qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive au vu de son état de délabrement il y a six mois. En fait, au mois de juillet 2016, avec l’intensification des pluies, cette route qui a perdu tout son bitume donnait du fil à retordre aux usagers, le gouvernement décide en urgence d’y lancer des grands travaux de traitement des points critiques. Pour le délégué régional des Travaux publics de la région de l’Extrême-Nord, Nestor Abdouraman Wellarbang, il était question de maintenir la circulation afin d’assurer les échanges non seulement à l’intérieur de notre pays mais surtout avec les pays voisins tels que le Tchad et le Nigeria pour qui cette route est d’une importance capitale.
Les travaux confiés au Génie militaire ont constitué, en ce qui concerne le tronçon Mora-Waza long de 66 km, à réaliser le décapage de la couche de roulement en place, le remblai provenant d’emprunt et la couche de fondation-préparation, scarification et remise en forme de route. Pour le tronçon Waza-Kousseri long de 140 km, on s’est attelé à la réalisation du traitement des points critiques. Sur le terrain, les travaux qui ont débuté le 3 août 2016 se sont bel et bien achevés en septembre 2016.
Aujourd’hui, d’après plusieurs témoignages des usagers de cette route, le niveau de service entre Mora et Kousseri qui était très critique s’est nettement amélioré. « Les multiples pannes de véhicules dues à la présence des dégradations n’existent presque plus, je peux oser parfois rouler à plus de 60 km/h, pourtant ce n’était pas le cas avant août dernier. Je reconnais qu’un véritable effort a été fait », affirme Abdoul, un chauffeur qui fréquente cet axe. Pour atteindre ce résultat, le Mintp a mis à la disposition du Génie Militaire qui a réalisé les travaux évalués à 524 190 208 F. A la réception des travaux en décembre dernier, les essais géotechniques réalisés par le Labogénie montrent que leur qualité satisfait aux exigences du contrat. Selon le délégué régional du Mintp, l’objectif fixé par son ministère qui consiste à maintenir la circulation en toutes saisons sur le tronçon de route Mora-Kousseri (206 km) est atteint. Mais toutefois, il convient de préciser que le meilleur reste à venir pour ce tronçon routier de la Nationale N°1.

 

L’éclairage

 

Nestor Abdouraman Wellarbang: « La réhabilitation complète commence ce trimestre »

Délégué régional des Travaux

 

Monsieur le délégué régional, où en êtes-vous avec les travaux de la route Mora-Kousseri ?


Vous savez, dans notre région à partir du mois de juillet, les pluies s’intensifient en causant des dégâts énormes à notre réseau routier. Dans le cas spécifique de l’axe Maroua – Kousseri c’était le cas. En effet, après le départ des Chinois suite à l’attaque de Boko Haram, cette route est restée dans un état délabré. Il était difficile de circuler aisément. C’est pourquoi les pouvoirs publics ont pris à ce niveau le taureau par les cornes en mettant sur pied des mesures urgentes pour que la circulation continue normalement.  Le gouvernement a immédiatement pris les devants en signant un contrat de collaboration entre le ministère des Travaux publics et le Génie militaire. Les travaux dont le coût s’élevait à plus de 524 millions ont été exécutés en trois mois. Il était question pour le Génie militaire de traiter tous les points critiques sur cet important axe routier en supprimant les bourbiers. Ainsi, il s’est déployé sur le terrain dès le 03 août 2016. Ce qui a permis de ne pas interrompre le trafic durant toute la saison des pluies dernière. Ça circule normalement sans problème.


Mais les populations veulent voir une route entièrement refaite…


Les gens se plaignaient beaucoup sur l’état de la route car la circulation était très pénible à cause de la dégradation avancée de la chaussée. Ils ont raison. Mais en réalité, il faut que l’opinion publique comprenne que n’eût été le fait que ces travaux aient été interrompus en 2014 par l’attaque de l’entreprise chinoise par Boko Haram, aujourd’hui cette pénibilité serait un simple et triste souvenir. La route aurait été entièrement réhabilitée. Les pourparlers avec la Banque mondiale sont très avancés, pour la réhabilitation complète de cette route. Il est question maintenant de la remettre à son niveau de naissance comme le veulent ces populations, ce n’est plus qu’une question de jours. Il s’agit à ce niveau de la section qui va de Mora jusqu’à Kousseri, soit environ 206 km. Et si tout se passe comme prévu, le Génie militaire commencera les travaux au cours de ce premier trimestre de l’année en cours.


Qu’en est-il de Maroua-Mora ?


Effectivement, il est important de noter aussi qu’il y a un contrat de réhabilitation de la section de Maroua jusqu’à Mora qui est déjà passé, que ce soit avec les entreprises contractantes et même la maîtrise d’œuvre. Donc si tout se passe bien, je pense qu’au courant du mois de mars 2017, les travaux vont démarrer car le ministre des Travaux publics a déjà envoyé les moyens nécessaires pour l’évaluation des biens mis en cause qui seront touchés par les travaux. Il s’agit entre autres des indemnisations et autres charges. Je pense que le déblocage est prévu pour les tout prochains jours à l’attention des autorités compétentes.
 

 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category