Maladies rares: une association au front

L’association pour l’encadrement des enfants victimes de ces affections organise des activités depuis jeudi à Yaoundé.

En prélude à la Journée internationale des maladies rares qui se célèbre demain 28 février, l’Association pour l’encadrement des enfants victimes des maladies rares(ASEVIMAR) organise une série d’activités au centre de santé de Biyem-Assi, depuis le 23 février dernier. Parents et enfants atteints de ces affections ont répondu massivement présent à ce rendez-vous axé sur les consultations et des conseils de prise en charge aux parents. A l’instar du cas de Yan, trois ans, souffrant d’une maladie rare affectant son système cérébral résultant d’un accouchement difficile. Le petit garçon a eu droit à un massage corporel de la part du personnel soignant, en présence de sa génitrice qui devra continuer le processus à la maison. « C’est une étape très délicate parce qu’il faut effectuer des massages avec précision. Mais le plus important est que le parent puisse créer la communication avec son enfant », explique Serge B, infirmier au centre.
La deuxième phase a été consacrée à la physiothérapie. Elle consiste pour les infirmiers à montrer aux parents de manière pratique le massage à faire à la maison. Les matelas médicaux dressés à terre, les tout petits passent tour à tour, chacun pour un type de massage spécifique. Pour d’autres enfants malades, il faut leur montrer comment tenir des objets pour traiter leur sensibilité. « Dans ces cas, il faut que le parent soit patient et partage avec son enfant », déclare Hélène Minkoulou Mballa, présidente de l’ASEVIMAR.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category