8 mars: Les manifestations lancées à Maroua

L’autonomisation économique de la femme est la principale préoccupation du Minproff, Marie Thérèse Abena Ondoa.

«Les femmes dans un monde de travail en mutation : planète 50-50 d’ici 2030. C’est sur ce thème que se célèbre au Cameroun la 32e édition de la Journée internationale de la femme, dont le clou des manifestations aura lieu le 8 mars prochain. Les activités relatives à cette fête ont été lancées le jeudi 23 février à Maroua par Marie Thérèse Abena Ondoa, ministre de la Promotion de la femme et de la famille (Minproff). C’était à la place des fêtes de Founangué. Deux allocutions ont ponctué cet événement ; d’abord celle de Robert Bakari, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Maroua, qui a planté le décor. En peignant à traits noirs la situation de la femme de l’Extrême-Nord qui, a-t-il dit, croule encore sous le poids des préjugés et autres sévices corporelles, il brossait ainsi le portrait-robot de la femme camerounaise dans son ensemble.
 Le ministre de la Promotion de la femme et de la famille a, dans son adresse, passé en revue les différents documents juridiques mis en place pour asseoir l’épanouissement de la femme. Elle a invité les décideurs à ouvrir des pistes en vue d’une insertion socio-économique de la gent féminine, condition sans laquelle la parité entre les genres ne sera qu’un leurre. « Les défis relatifs à l’égalité des citoyens nous interpellent tous. Le lancement des activités des manifestations de la 32e édition de la journée internationale de la femme est une opportunité pour mobiliser les acteurs de la communauté nationale en vue de développer d’autres stratégies pouvant améliorer davantage la situation des femmes », a martelé le Minproff. Au cours de cette cérémonie, Marie Thérèse Abena Ondoa a remis des appuis matériels agricoles aux associations et réseaux d’associations féminines. En bonne place à la tribune d’honneur, il y avait Adama Moussa, le représentant résident de Onu Femmes au Cameroun, et celle du représentant de l’ambassadeur du Japon dont le pays finance beaucoup d’activités visant la promotion de la femme dans la région de l’Extrême-Nord.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category