Le cap de la renaissance de la Commission du Bassin du Lac Tchad

Commentaire.

En réaffirmant, la semaine écoulée, sa détermination à faire face au rétrécissement  du lac Tchad, le Nigeria a renouvelé l’option commune des Etats membres de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT).
On sait que le lac Tchad est menacé par l’aridité. Ce phénomène se manifeste avec une ampleur telle que la superficie du lac qui avoisinait 25000 km2 dans les années 1960  s’est trouvée réduite à 2.500 km2 en 1985.  A cette grave menace  se sont greffées la crise alimentaire et  l’insécurité  entretenue par le groupe terroriste Boko haram.  La 62e  session ordinaire du conseil des ministres des Etats membres de la CBLT qui s’est tenue le 16 février dernier à N’Djaména au Tchad a intégré ces préoccupations. Au même titre que les autorités nigérianes. Celles-ci relèvent d’ailleurs qu’elles ont évoqué avec l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), l’idée d’une conférence internationale visant à contrecarrer l’épuisement des eaux du lac. Toujours est-il que les mesures censées sauver le lac Tchad  abondent. C’est  le souci de les concrétiser  qui a souvent fait défaut.
 De nombreux observateurs se souviennent que le 14e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement  de la CBLT qui s’est tenu le 30 avril 2012 à N’Djamena avait adopté les conclusions du rapport de l’atelier de validation de l’étude  de faisabilité du projet de transfert des eaux de l’Oubangui au lac Tchad. Ce sommet avait autorisé le secrétaire exécutif de la CBLT  à procéder aux études  de faisabilité  du projet détaillé pour concevoir  un programme quinquennal d’amélioration de l’hydraulique du fleuve Chari et d’aménagement du lac Tchad. Le 14e sommet s’était aussi penché sur la création d’une force mixte de sécurité autour du lac Tchad. C’est donc à juste titre qu’il avait été dénommé sommet des grandes décisions .On peut estimer que les grandes décisions ont commencé à porter leurs fruits puisque la superficie du lac Tchad s’est redéployée à 4.698 km2 en 2013. Il s’agit probablement de maintenir le cap et consolider l’option de la renaissance du lac.        
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie