Cinéma : les confidences de Deneuve Djobong

Du 28 août au 29 septembre dernier, le Cameroun était en vitrine sur la chaîne de la fiction africaine, A+. Ce, à travers « La bataille des chéries », série réalisée et produite par Ebenezer Kepombia alias « Mitoumba ». Malgré la polémique suscitée par la qualité technico-artistique de l’œuvre, la performance de certains acteurs a accroché les téléspectateurs. C’est le cas de Deneuve Djobong, connue dans la série sous la casquette de Maguy, la « Sugar mamy » présidente du conseil régional de Makoua. L’actrice et metteuse-en-scène séduit le public depuis une trentaine d’années par sa capacité à faire corps avec les personnages qu’elle incarne au cinéma et au théâtre. Au lendemain de la fin de diffusion du premier volet de « La bataille des chéries », Maguy était dans les locaux de Cameroon Tribune.  Une aubaine pour revenir sur son parcours et les enjeux de son rôle dans la dernière série de « Mitoumba ». 

 

Vous êtes de retour sur le petit écran depuis quelques semaines dans la série « La bataille des chéries » d’Ebenezer Kepombia. Quel accueil le public a-t-il réservé au personnage Maguy que vous incarnez dans cette production ?
Avant toute chose, je remercie le quotidien bilingue Cameroon Tribune à travers votre équipe, pour l'intérêt qu'il attache à la vie des artistes camerounais en général, et particulièrement à celle Deneuve Djobong que je suis. Pour revenir à votre question, l'actrice que je suis aurais bien voulu vous retourner la question, dans la mesure où c'est le public qui juge notre travail... (rire). Mais s'il faut répondre, je dirais tout simplement que la réaction du public depuis la sortie de cette série, me donne l'impression que j'ai suffisamment rempli mon contrat, quant à l'important rôle qui m'a été confié par M. Ebenezer Kepombia, à qui je tiens à manifester ma profonde gratuite une fois de plus. 
 Comment avez-vous fait pour vous glisser dans la peau de cette une femme audacieuse et intrépide, qui malgré son âge, n’a pas peur de foncer pour obtenir ce qu’elle veut ?
J'avoue que ça n’a pas été du tout facile. Mais puisque le jeu d'acteur est une science, j'ai dû rentrer dans ses profondeurs pour extraire le meilleur de ce qu'elle comporte et offrir au public ce qui fait peut-être parler de moi aujourd'hui. 

Comment l’intégration dans ce casting diversifié avec des comédiens de plusieurs horizons et générations ?
Je n'étais pas à ma première aventure avec Monsieur Kepombia, qui m'avait déjà confié un rôle important dans sa précédente fiction « Madame…Monsieur », saison 3, sous le personnage de Cathy Onguéné. J'avais postulé à ce casting au m&ec...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category