Ecrans Noirs 2022 : encore un Ecran d’or pour le Cameroun

Après « The Planter's Plantation » l’année dernière, « Mon père, le diable » d’Ellie Foumbi a décroché la distinction suprême de ce festival samedi dernier à Yaoundé.

L’histoire s’est de nouveau écrite samedi dernier, sur les hauteurs du mont Nkol-Nyada, au Palais des Congrès de Yaoundé, à l’occasion du clap de fin de l’acte 27 du festival Ecrans noirs. L’Ecran d’or reste au Cameroun durant deux années consécutives. Un fait inédit depuis la création du festival en 1997. A la suite de « The Planter's Plantation » de Eystein Young Dingha l’année dernière, un autre film camerounais a décroché la distinction suprême de ce rendez-vous annuel du cinéma africain. Cet exploit a été réalisé par la jeune actrice, scénariste et réalisatrice camerounaise, Ellie Foumbi, à travers son tout premier long-métrage intitulé « Mon père, le diable », nominé dans d’autres prestigieux festivals à l’instar du Fespaco. Il s’agit d’une fiction poignante qui raconte l’histoire de Marie Cissé, une cuisinière en chef qui travaille pour une maison de retraite située dans une petite ville de France. La jeune femme vit une idylle qui sera malheureusement perturbée avec l’arrivée du prêtre Patrick, un démon de son passé. Le film a séduit le jury présidé par l’ancienne ministre de la culture du Burkina Faso, Alimata Salambéré, pour son originalité, sa créativité et le choix de la thématique abordée. 
Ellie Foumbi n’était pas la seule cinéaste à faire rayonner le drapeau du Cameroun samedi dernier. Le réalisateur Musing Derick et son captivant long métrage « When The Levees Broke » a eu droit deux fois à une salve d’ovation. La première pour son Ecran du meilleur film d’Afrique centrale et la deuxième fois pour l’Ecran de la meilleure interprétation féminine décerné à son héroïne Stéphanie Tum. Elle a transporté le public pendant 78 minutes dans ce long métrage à travers sa performance époustouflante. « Cette reconnaissance est le fruit de nombreuses années de travail acharné. La première fois que je suis venue aux Écrans noirs, c'était en 2020 le film « Saving Mbango » que j’ai produit et nous avons remporté le prix du meilleur acteur et trois ans après, je décroche l’Ecran de la meilleure actrice. Je suis si ravie que notre film puisse remporter le prix du meilleur film d'Afrique centrale parce que c'est un film à un personnage et que le fait de pouvoir gagner en dit long », a affirmé la lauréate. Toujours la catégorie des meilleurs acteurs, Axel Abessolo a remporté l’Ecran de la meilleure interprétation masculine. Une distinction que l&rsqu...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category