Rachel Yaoudam : l’étoile du Sahel

L’actrice-productrice basée à Paris fait honneur au Cameroun à travers ses rôles et autres apparitions dans des productions sur le grand et sur le petit écran.

Avec ses allures de Miss et sa silhouette de mannequin, Rachel Yaoudam était l’une des principales curiosités de la dernière édition du Festival Ecrans noirs. C’est que, la jeune actrice et modèle est de la trame des personnalités qui n’ont pas besoin d’effort pour attirer l’attention. A elle seule, elle allie beauté, élégance et charme. Des atouts naturels combinés à son talent qui lui ont ouvert des portes inestimables du cinéma et de la mode
Née d’une mère agricultrice et d’un père instituteur, Rachel Yaoudam a vu le jour le 6 septembre 1991 à Moskota dans la région de l’Extrême-Nord. Elle était réputée dans sa localité d’origine pour sa passion pour la scène. La jeune fille va d’ailleurs intégrer la troupe de théâtre de son église. Cette flamme sera très vite refroidie par son géniteur qui voyait en elle une future enseignante. « Mes parents m'ont aussitôt découragée car pour eux, ce n'est pas un travail stable. Ils m'ont surtout demandé de donner un nom d'une actrice de chez moi et c'est là que je leur ai dit que je serais la première actrice Mafa. Ils m'ont orientée vers l'enseignement et le journalisme car mon papa est un enseignant de renommé dans mon village », raconte-t-elle. Il en fallait bien plus pour refroidir les ardeurs de celle qui s’identifie à Aissa Maiga, Viola Davis et Lupita Nyongo. Son installation en France quelques années plus tard lui a permis de vivre son rêve de devenir actrice. Avec la contribution de ses différents agents, elle a décroché des rôles dans de nombreuses productions françaises, anglaises et américaines à l'instar de « Le marchand de sable », « Arsène Lupin », « Good Singers » (production de TF1) et...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category