RDC: les obsèques de Tshisekedi divisent

Gouvernement et partisans du défunt ne s’entendent pas sur les modalités d’organisation.

Après un mois de tergiversations, gouvernement et proches d’Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février dernier à Bruxelles en Belgique, ont finalement convenu de ce que la dépouille du vieil opposant retournera au bercail le 11 mars prochain. Dans un arrêté signé samedi dernier, André Kimbuta, gouverneur de la ville de Kinshasa, a annoncé que l’inhumation du président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) aura lieu au cimetière de la Gombe, dans un carré spécial de 500 m2. La famille biologique de l’opposant pour sa part parle d’un site provisoire avant la construction d’un mausolée sur une place publique. Mais, ce compromis ne semble pas être du goût des militants du parti du défunt.
Mercredi dernier, des militants de l’UDPS ont érigé des barricades et manifesté devant le siège de leur parti pour demander l’annulation de la date du retour de la dépouille de M. Tshisekedi et protester contre son enterrement dans un cimetière ordinaire. Ils ont demandé à Félix Tshisekedi, le fils du défunt, d’annuler le programme des obsèques arrêté de commun accord avec le gouvernement. Et menacé de pertuber la tenue des obsèques. Par ailleurs, les opposants posent aussi comme préalable à tout retour du corps du vieil opposant, l’application de l’accord politique de la Saint-Sylvestre signé sous l’égide de l’épiscopat congolais. Notamment la nomination d’un nouveau gouvernement. Une position que semble arranger la hiérarchie de l’UDPS. «Nous sommes maintenant obligés de rediscuter avec le pouvoir car nous ne pouvons pas faire la sourde oreille à ces revendications de la base. La jeunesse qui manifeste, ne veut pas entendre de l’enterrement au cimetière de la Gombé», a déclaré Augustin Kabuya, porte-parole de l’UDPS.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie