RDC: l’opposition divisée

La plateforme reste profondément partagée autour de la désignation de ses dirigeants.

Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi ont respectivement été nommés depuis quelques jours président du Rassemblement, la coalition de l’opposition, et président du conseil des sages. Selon les explications de Delly Sesanga Hipungu Dja Kaseng Kapitu, membre co-fondateur de cette plateforme de l’opposition, le premier représente et engage la coalition auprès des tiers, alors que le second assumera, dans le cadre de la mise en application de l'accord du 31 décembre, les fonctions du président du Conseil national de suivi de l'accord (CNSA). Il revenait à ces deux personnalités de proposer au chef de l'État le nom de celui qui doit conduire le pays aux élections fixées à la fin de l'année 2017. Mais, tout juste après ces nominations, la dynamique de l’opposition s’est fissurée avec la nomination de Joseph Olenghankoy comme président du conseil des sages au siège des Forces novatrices pour l'union et la solidarité (FONUS), son parti. Pour les partisans de ce dernier, la restructuration du Rassemblement est illégale. Pour eux, le bicéphalisme est intolérable pour n’avoir pas été prévu dans les textes créant le Rassemblement en juin 2016. 
Raphaël Katebo Katoto, un autre membre fondateur du Rassemblement, dénonce un vice de procédure. «Ils n’ont pas associé le conseil des sages, ça c’est le plus important. Si on associe le conseil des sages et qu’une décision est prise, nous nous inclinons et soutenons cette décision», a-t-il précisé. Au sein de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti fondé par Etienne Tshisekedi, l’on dénonce des manœuvres de la majorité visant à déstabiliser le Rassemblement de l’opposition. «Ces gens-là ont l'intention de déstabiliser l'UDPS parce qu'ils sont instrumentalisés, financés par le pouvoir. Le pouvoir leur a donné de l'argent, et ils ont entrepris de recruter les esprits faibles pour détruire le parti», a réagi Jean-Marc Kabund-à-Kabund, son secrétaire général. Candidat déclaré, Moïse Katumbi soutient une double présidence au sein du Rassemblement. Pour Jonas Tshiombela, coordonnateur national de la Nouvelle société civile, les membres du Rassemblement de l'opposition devraient revenir à de meilleurs sentiments pour la mise en œuvre de l'accord du 31 décembre dernier entre pouvoir et opposition, prévoyant les élections en décembre 2017.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie