Hugues Mathurin Djob: la qualité, peu importe le prix

Ce jeune entrepreneur mise d’abord sur la qualité des produits à mettre dans son panier.

Les habitudes alimentaires d’Hugues Mathurin Djob sont bien arrêtées : des pâtes, des frites de pommes, du poisson et des fruits. «  C’était mon menu préféré à l’université et jusqu’à présent je ne m’en passe plus », confie-t-il. Pour remplir son assiette au quotidien, Hugues Mathurin Djob a un budget d’environ 40 000F par mois. Il accorde la priorité à sa fille : « le petit-déjeuner de ma fille me coûte environ 12 000F par mois. C’est la première chose que j’achète à la fin du mois pour m’assurer une tranquillité », explique-t-il. Le menu de la petite est composé de fruits et de lait en priorité. Pour ses courses, Hugues Mathurin Djob a jeté son dévolu sur le marché Accacia de Biyem-Assi proche de sa maison : « Quand je fais mes  courses, je contrôle bien les produits avant d’acheter. En tant que producteur, je sais reconnaître les produits sur lesquels on a pulvérisé des produits chimiques. Je les évite. Je préfère la qualité », affirme-t-il.
Dans son sac en bandoulière, on retrouvera des pâtes pour 5 000F environ, de la tomate, des légumes et quelques fruits. Pour faire des économies, ce jeune entrepreneur a sa petite astuce : «  Mon village n’est pas très loin de Yaoundé, je m’y rends une fois par mois pour m’approvisionner en plantain, pommes, manioc et macabo », confie-t-il. Une dépense évaluée à 5 000F représentant les frais de transport aller et retour. Quant au poisson et à la viande, Hugues juge ses dépenses sur la balance. Tout est question d’équilibre.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category