Adamaoua: bilinguisme: « Do you speak English or French? »

La Communauté urbaine de Ngaoundéré offre un stage de vacances gratuit de langue et d’informatique à cet effet.
 
« Do you speak English or French?», engage d’entrée de jeu Hamadou Dawa, délégué du gouvernement près de la Communauté urbaine de Ngaoundéré pour prendre à rebours le reporter de CT. Les civilités faites, la conversation est des plus engagées…en français. Bilinguisme oblige, convoqué par l’interlocuteur du premier magistrat municipal de la ville de Ngaoundéré. La boutade est bien placée au vu de l’actualité des vacances à Ngaoundéré. « Le Cameroun est un pays bilingue. Généralement, on oublie qu’à défaut de bien parler le français ou l’anglais, il faut se remettre à niveau. C’est l’idée de ce premier stage de vacances en langue que nous offrons gratuitement à la population de Ngaoundéré sans distinction de sexe, d’âge, de religion ou de classe sociale », poursuit Hamadou Dawa. 
Cette année, un mois de stage gratuit est offert à 100 candidats en langue, en informatique et un mois de stage rémunérés d’imprégnation pour les vacanciers. Quid des bénéficiaires. « Il faut juste produire une photocopie de la CNI, de la carte scolaire ou d’étudiant en cours de validité. Une photocopie de l’acte de naissance et une demande timbrée, nécessaire à leur faire établir un parchemin de fin de formation à toutes fins utiles », ajoute Mohamadou Kabirou, chef du cabinet du délégué de gouvernement près de la communauté urbaine de Ngaoundéré. Le Centre linguistique régional de Ngaoundéré, lui est déjà fin prêt pour accueillir ces nouveaux pensionnaires. De l’avis de son directeur, Jean Claude Tcheuntcheu, tout est mis à contribution pour le début de la formation bilingue. 
« L’initiative que porte la communauté urbaine participe aux missions assignées à nous par le gouvernement camerounais. Il permet aux pensionnaires d’apprendre à faire un parfait usage du français et ou de l’anglais grâce à des cours pour adultes et jeunes. Ceci afin que la langue de Shakespeare et de Molière n’aient de secret pour personne dans la région de l’Adamaoua. De même que la préparation aux examens nationaux et internationaux », ajoute Jean Claude Tcheuntcheu. 
                                                        
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie