Recherche scientifique et innovation: l’éducation en promotion

 Le sujet était au centre d’une conférence dans ce département ministériel lundi à Yaoundé.

Le top management féminin du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MINRESI) s’est réuni lundi dans le cadre des activités marquant le 8 mars. L’instant d’une réflexion sur la promotion de l’éducation de la femme, son autonomisation et l’égalité des sexes. Ceci via les thèmes : « Femmes et éducation » et « Genre et Objectifs de développement durable ». D’entrée de jeu, Elisabeth Vukeh Tamajong, directeur du Centre national de l’éducation (CNE), a précisé que la pauvreté, les us et coutumes, sont entre autres facteurs qui freinent l’éducation de la jeune fille et de ce fait son épanouissement. « D’où la nécessité de sensibiliser les familles et mener des campagnes dans les communautés sur l’importance de promouvoir l’éducation de leurs filles », a-t-elle prescrit.
Pour ce qui est des Objectifs de développement durable qui visent l’égalité des sexes, l’autonomisation de la fille et de la femme, il faut dire qu’au niveau institutionnel, le Cameroun a voté beaucoup de lois qui permettent à cette catégorie de personnes de trouver son épanouissement au niveau professionnel. Malheureusement, certaines femmes n’arrivent pas à s’approprier ces lois à cause des pesanteurs sociales. « La femme n’a pas suffisamment conscience de sa valeur intrinsèque. Il s’agit désormais pour l’Etat de faire usage des associations et de la société civile pour toucher le cœur de leurs problèmes à travers le changement des mentalités. Ceci afin que les parents aient le courage de dire à leurs filles et garçons, qu’ils ont les mêmes droits, devoirs et compétences », a suggéré Victorine Ghislaine Nziko Munongo, chercheur.
 


 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category