Bangangté: 3500 pagnes distribués

Ces appuis leur ont été remis le week-end dernier par Théophile Kwendjeu, élite de la localité.

A pas cadencés, rythmés par une musique traditionnelle, Evelyne Ketchemen lève les yeux vers le ciel, comme pour remercier le Très-Haut pour le cadeau qu’elle vient de recevoir. Le pagne du 8 mars remis à la ménagère samedi dernier par Théophile Kwendjeu, élite de la localité, l’a tellement surprise qu’elle n’a pas pu contenir sa joie. Elle qui, étant donné ses moyens financiers limités, avait déjà mis une croix sur le pagne cette année. Le bienfaiteur a résolu de « mettre en haut » les mamans à l’occasion de la 32e édition de la Journée internationale de la femme (JIF). Il conçoit davantage son geste comme un devoir envers ces femmes qui portent toute la charge de la cellule familiale. « L’enfant naît des entrailles de sa mère. Quand on se sent encadré, protégé par sa maman, un évènement comme celui-ci (JIF, Ndlr) qui est une marque de gratitude, mérite qu’on les assiste et leur donne du sourire », souligne le bienfaiteur.
Théophile Kwendjeu a ainsi distribué du 3 au 5 mars dernier, 3500 pagnes aux femmes des différents villages de l’arrondissement de Bangangté, toutes catégories sociales confondues. Un don évalué à près de 24 millions de F. Que ce soit à Bangangté, Batchingou, Bamena, Bangoulap, Bangoua, Bakong ou Banekane…, chacune a eu sa part. Le bain de foule observé au marché central de Bangangté hier pour entrer en possession du pagne, parlait de lui-même. Pourtant, l’élite garde la tête sur les épaules. « Le pagne n’est rien du tout. Il n’a aucune valeur par rapport à la relation affective qui nous lie à nos mères. C’est juste un symbole, et une occasion de faire passer le message d’unité, d’amour, de paix, de fraternité entre les fils du Ndé, qui doivent marcher main dans la main pour contribuer au développement de notre département », souhaite-t-il.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category