Garoua: une célébration en « 50-50

 La parade a su allier les questions de fond, au côté plus festif de la manifestation.

Après une semaine d’activités particulièrement dense, l’apothéose de la célébration de la 32e édition de la Journée internationale de la Femme à Garoua, était un peu plus dépouillée que lors des précédentes années. Un choix qui a permis une meilleure fluidité dans l’organisation, et une parade beaucoup plus digeste. Les différents carrés organisés en blocs thématiques, un protocole respecté, de la discipline doublée à des zestes d’originalité dans les rangs, pour une fresque aboutie qui n’aura pas entaché le nécessaire côté festif.
Car l’essentiel, à savoir les messages déployés pour l’occasion, étaient cette fois bel et bien au premier rang. Trois allocutions, axées pour l’essentiel autour du thème de cette année, ont permis de passer en revue la situation de la femme du Nord, et esquisser des pistes de solutions. Le délégué régional de la Promotion de la Femme et de la Famille a ainsi livré quelques-uns des chiffres indiquant tant la représentativité que la situation économique et sociale des femmes dans le Nord. Et à sa suite, c’est la présidente du Réseau des associations féminines du Nord qui a communiqué les principales résolutions des ateliers thématiques organisés durant la semaine, qui sonnent comme autant de possibles solutions pour un meilleur épanouissement de la femme.
Et si dans son propos le gouverneur du Nord, Abate Edi’i, reconnaîtra que la route pour le fameux « 50-50 », connaît encore bien des écueils. Il a tenu à souligner que les avancées en la matière sont constantes, et le Cameroun peut même s’enorgueillir de pratiquer, à compétence et grade égal, une parité salariale que bien des sociétés occidentales nous envient. Il a conclu, comme lors des précédentes éditions, en appelant à des réjouissances responsables, pour la suite des célébrations dans les quartiers.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category