Un Tenor en « kaba Ngondo

 Le jeune rappeur camerounais est la nouvelle attraction de la musique urbaine camerounaise.

S’il y a un titre qui le 08 mars dernier a fait un tabac c’est bel et bien celui là : Kaba Ngondo de Tenor. Un timbre vocal forgé d’une forte teinte de ruralité. En français comme en Ewondo son flow a le truc pour faire le show. Son titre Kaba Ngondo est un cocktail de rap-afro qui fait vibrer les sonos. Une mélodie qui laisse sans voix, quand elle ne lève pas des divas… En 03 minutes 24 secondes dans lesquelles s’entremêlent des mélodies Rnb, Bitkussi mais aussi des cris de la forêt du Sud, l’artiste exprime son génie. Le single n’hésite pas à décrier les valeurs mises en exergue dans certaines relations. D’après lui, l’accent est mis sur des corps ultras sexys, engendrant une hypersexualité, résultat : « on veut ya mo, il n’y a plus de Story love ; parce que les bons gars sont rares, comme une jeune fille en Kaba Ngondo ».
Celui qui le 11 avril prochain aura 19 ans s’impose. Bien plus qu’un son entraînant, la musique avec Mister le « Fiang, le way, le yamo » (la sauce, la chose, le bon goût) c’est manifestement quelque chose de différent. Un dentier bling-bling, des grimaces atypiques, des propos taquins, des punchlines qui vous transportent… Le style du jeune rappeur est accrocheur. Si à 7 ans il avait déjà ses premiers textes, en 2009 en 6e au collège de la Retraite, le jeune phénomène Thierry Ayia Mengoumou (à l’état civil) s’est trouvé un nom de scène. Tenor signifie en fait, Toucher l’Excellence dans la Négritude Ordinaire… Parlant de son inspiration il explique : « C’est un don de Dieu, le mystère de la divinité du Seigneur ».
Son premier vidéogramme « Alelouyah » réalisé par sa mère, annonçait déjà le potentiel de cette « War machine » camerounaise. Alors que son titre « Kaba Ngondo » est encore plébiscité, son nouveau single « Purple lamborghini » est comme dit « une tuerie » : plus de 20 millions de vues en deux jours. Il ne compte pas s’arrêter là : « des camerounais comptent sur moi pour porter le flambeau encore plus haut. Je ne peux pas m’asseoir sur mes lauriers » dit-il. Comme quoi, on entendra encore parler de Tenor dans les transistors.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie