Bataillon d'intervention rapide : l'épreuve d'endurance

Une marche commando de 400 kilomètres lancée le vendredi 7 juin 2024 à Moutourwa, par Midjiyawa Bakari, le gouverneur de l’Extrême-Nord.


Pas de moins de 656 recrues du Bataillon d’intervention rapide (BIR), formées à la Direction de l'instruction en charge du conditionnement en zone sahélienne de Mindif, ont lancé la dernière épreuve de leur formation. Il s'agit de la marche de 400 kilomètres à parcourir en 10 jours avec une charge sur la nationale N°1. Cette épreuve constitue l’ultime étape à la qualification de soldat d’élite. Elle va se dérouler du 7 au 18 juin entre Maroua et Garoua en aller et retour. Il sera question pour ces futurs soldats d’élite de parcourir l'itinéraire Salak-Dahal-Figuil-Mayo Lebi-Garoua en aller-retour. Partie du camp de Salak à Maroua le 6 juin dernier, c’est à Moutourwa, soit 51 km plus que la marche a été officiellement lancée le lendemain par le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari. Il avait à ses côtés, le colonel Albert Bias, commandant du 1er BIR et plusieurs autres autorités administratives et militaires.
Selon les explications données par le commandant du 2e Groupement d'instruction, le chef de bataillon Bivina Ngoumou Étienne qui supervise la marche, cette épreuve vise non seulement à renforcer chez les recrues l'aptitude à la nomadisation, à cultiver la ténacité, l'endurance physique et mentale, mais aussi à conférer à l'issue aux méritants la qualité de soldats ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category