Yaoundé: la vente de poulet peut reprendre

Un arrêté du ministre en charge de l’élevage signé mardi autorise l’activité sous certaines conditions.

Le poulet et les autres produits issus des fermes peuvent désormais être vendus dans le Mfoundi. Le 23 août dernier, le ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia) a signé un arrêté levant l’interdiction qui avait pris effet le 26 mai.  
Ce nouvel arrêté du Minepia modifie l’article 3 du texte signé le 26 mai dernier portant déclaration de la grippe aviaire dans le département du Mfoundi. Sur le plan pratique,  il s’agit d’une ouverture encadrée comme indiqué dans le nouvel article : « Les volailles et leurs produits issus des fermes ayant fait l’objet d’un suivi sanitaire peuvent être autorisés de vente dans les marchés à volaille aménagés et préalablement identifiés par l’autorité administrative ».  Des lieux de vente où « les règles de biosécurité, d’hygiène et de salubrité sont strictement appliquées ». Un texte du gouverneur de la région du Centre signé hier liste les marchés identifiés : Etoudi, Mfoundi, Mokolo, marché de l’Ipavic, Nsam, Mvog-Mbi, Ekounou, Essos, rond-point Express et Nkolbisson. 
Cette décision tant attendue va permettre de relancer l’activité chez les éleveurs, accouveurs, commerçants et autres acteurs de la filière, trois mois après la déclaration du premier foyer de la maladie. La suspension de la commercialisation de la volaille dans le Mfoundi a permis de faire un vide sanitaire, de stériliser les principaux marchés, les fermes non-touchées par la maladie et de sensibiliser les éleveurs et autres commerçants, concernés par la mesure ministérielle. Une cellule de veille dénommée Réseau d’épidemio-surveillance (RESCAM) a été mise sur pied. Lors d’une conférence de presse le 23 juin dernier, le Dr Taïga avait déclaré : « Notre objectif n’est pas de suspendre définitivement la vente et la consommation de la volaille. Nous voulons maîtriser la situation et sortir définitivement de cette crise.»  D’après le bilan dressé par le Minepia dans le cadre du Comité interministériel d’examen des programmes en cours actuellement à Yaoundé, aucun nouveau foyer n’a été signalé depuis la mi-juin 2016. Aucun autre élevage industriel n’a été touché. Aucun cas de grippe humaine d’origine aviaire n’a a été rapportée au ministère.  
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie