Ngoulemakong: 16 millions de F pour des points d’eau

C’est la valeur du don rétrocédé samedi dernier à la  localité par le PIDMA.

Samedi 11 mars dernier dans la petite localité de Ngoulemakong à l’orée de la région du Sud, département de la Mvila. Entre populations, responsables administratifs, élus locaux et responsables du PIDMA, l’entente coule visiblement… de source. L’actualité locale se prête volontiers à cet engouement, puisque ce jour-là, le Projet d’investissement et de développement des marchés agricoles (PIDMA) y procéde à la rétrocession de deux sources aménagées. A Nnanguezan, quartier périphérique de la ville, lorsque le coordonateur du PIDMA, Thomas Ngue Bissa vide le premier verre d’eau symbolique de l’ouvrage fraîchement réalisé, avant d’en remplir un autre qu’il passe au maire Albert Anicet Akoa, les derniers incrédules finissent par y croire : la qualité de l’eau, testée au centre Pasteur de Yaoundé, est irréprochable. En plus, l’ouvrage offre quelques autres commodités pratiques comme une baie de lessive et même des espaces de repos. Cerise sur le gâteau, la voie d’accès, autrefois abrupte et patineuse, a été aménagée en escaliers bétonnés.
Du coup, ici comme à Mbeka’a II, un village situé à 12 kilomètres de Ngoulemakong et bénéficiaire du deuxième point d’eau aménagé, la source perdue dans la forêt est devenue un espace viable, moderne et garantissant santé et bien-être aux populations. Et lorsque dans son élan une brave femme du coin lance : « aurevoir la typhoïde… », c’est avec des pensées de gratitude qu’elle s’associe à l’humeur générale, pour remercier le gouvernement initiateur du PIDMA en partenariat avec la Banque mondiale, de même que le Japon dont l’apport financier a permis la construction de ces deux ouvrages à hauteur de 16 millions de F, sans oublier la Société coopérative des producteurs de manioc de l’arrondissement de Ngoulemakong, qui a suscité le besoin. 

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie