Préparation du budget 2017: les programmes sont validés

Le comité interministériel en charge de l’exercice a rendu sa copie et ses recommandations jeudi à Yaoundé.

Le budget 2017 de l’Etat du Cameroun va prendre en compte 159 programmes, contre 160 en 2016. Un léger changement proposé par le Comité interministériel d’examen des programmes (CIEP), qui a achevé sa 5e session annuelle jeudi à Yaoundé. L’on retient que le ministère du Tourisme et des Loisirs (MINTOUL) comptera désormais trois et non plus quatre programmes à budgétiser. Dans le même temps, la cartographie des programmes de certaines administrations dont le ministère de la Santé publique (MINSANTE) et le ministère des Transports (MINT) a été changée, question « d’y insérer de nouveaux enjeux et objectifs », selon Antoine Félix Samba, directeur général du budget. C’est lui qui a procédé à la lecture des recommandations du comité, au terme de deux semaines de travaux. La cérémonie de clôture était conduite par le ministre des Finances (MINFI), Alamine Ousmane Mey, par ailleurs président du comité. Les membres étant notamment les secrétaires généraux de ministères, entre autres.
A propos des recommandations, entre autres, le CIEP suggère que « les textes portant organisation des départements ministériels soient revus dans le sens de prendre en compte les innovations introduites par l’approche programme, sur la base de l’étude réalisée à cet effet par le ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative ». Le comité a aussi insisté sur la nécessité de disposer de statistiques fiables, actualisées et consolidées par secteur. Dès lors, « l’Institut national de la statistique (INS) est appelé à jouer son rôle dans l’accompagnement des administrations en vue de la redynamisation de leurs systèmes statistiques pour permettre à ces dernière, d’assurer elles-mêmes la collecte, le traitement, la centralisation et la diffusion ». Le CIEP propose par ailleurs l’élaboration des manuels de procédures et des guides permettant d’améliorer la qualité des services fournis aux usagers.
Pour sa part, le MINFI a salué la maturité du CIEP, devenu un rendez-vous majeur dans le processus budgétaire. Grâce à cette instance, le gouvernement a amélioré la qualité et le contenu des documents à présenter au parlement lors de la session budgétaire. Aussi, a relevé le MINFI, « le CIEP est d’un apport déterminant quant à la mise en cohérence de l’action interministérielle ».
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie