Profession : «intermédiaire foncier»…

Au sein des communautés, au sein des familles, dans les villages, ces questions-là ne vont pas forcément sans susciter des tensions. Des tensions, plutôt récurrentes. Tensions récurrentes, dans beaucoup de terroirs, du Cameroun profond et réel. Et sans doute, n’est-ce pas demain la veille. La veille de leur extinction. Tout au contraire : avec…«l’or marron», ça et là devenu synonyme de cash, la sérénité est souvent mise à rude épreuve. A rude, à très rude épreuve, les transactions…foncières composant le menu du quotidien de plein de gens : des jeunes et des moins jeunes. Des jeunes et des moins jeunes voulant «palper les sous». «Palper les sous», ici et maintenant. Toutes affaires cessantes. Toutes affaires cessantes, ces compatriotes tenant vaille que vaille, coûte que coûte à…«placer leur terrain». Pour «vivre», pour devenir des sortes de «professionnels-de-la-fête-permanente». Y compris parfois, sinon souvent en bradant parcelle, après parcelle.
Dans ces conditions, les questions liées à la succession, à l’héritage, peuvent prendre une tournure particulière. Ce n’est pas tout à fait nouveau. Sûr et certain : cependant, dans certaines localités, la tendance à placer la vente de «l’or marron» au cœur du vécu, ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category