RDC : la sonnette d’alarme

Commentaire.

L’arrangement particulier censé être signé lundi prochain risque de ne pas être effectif. Ayant repris en main la médiation entre le gouvernement de la République démocratique du Congo et l’opposition, la Conférence épiscopale nationale congolaise (CENCO) avait pourtant cru à cette éventualité. Quelques preuves l’attestaient. La reprise des  négociations s’était déroulée dans un climat détendu. Un chronogramme avait été établi. Un groupe de travail avait été constitué pour traiter la répartition des postes ministériels. La médiation avait fait des propositions pertinentes pour lever l’équivoque sur la nomination du Premier ministre tout en demandant aux deux parties d’y réfléchir. La désignation du président du Conseil national de suivi de l’accord de sortie de crise (CNSA) devait subir le même traitement.
Il reste cependant que les extrémistes des deux camps ont refait surface au point de compromettre le nouvel élan des pourparlers. Autant l’opposition accuse le gouvernement de multiplier des obstacles pour bloquer la signature de l’arrangement particulier et l’accord de sortie de crise, autant le gouvernement reproche au camp d’en face de s’en tenir exclusivement à  ses désirs. D’où la sonnette d’alarme de la CENCO face au possible échec des négociations. C’est à dessein que la médiation lance un appel au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies pour accroître la pression sur les acteurs politiques congolais en vue de l’application de l’accord de sortie de crise. 
Sans pour autant négliger les pesanteurs, la signature de l’arrangement particulier demeure la voie à  suivre pour sceller l’accord de sortie de crise signé le 31 décembre dernier sous l’égide de la CENCO et sortir de l’impasse politique due à la fin du second mandat constitutionnel du président congolais, Joseph Kabila, le 19 décembre dernier. Mais également dérouler le calendrier électoral qui prévoit l’organisation de la présidentielle et des législatives en décembre 2017. Au lieu de magnifier l’intransigeance qui consacre l’immobilisme, il faudrait plutôt encourager la souplesse qui célèbre l’ouverture pour ne pas retarder indéfiniment l’application de l’accord de la Saint Sylvestre.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category