Sécurité renforcée

Les Gabonais ont toujours en mémoire les scènes de violence qui ont suivi la proclamation des résultats de la présidentielle de 2009. Pour la présidentielle de cette année, les discours de certains hommes politiques pendant la campagne qui laissent présager une insurrection si le résultat ne leur est pas favorable, n’augurent rien de bon. Et c’est dans un climat de tension latente que les Gabonais s’apprêtent à voter demain. Les incertitudes liées au scrutin ont même poussé les populations à prendre des précautions.  De nombreux habitants de Libreville se sont approvisionnés pour ne manquer de rien pendant quelque jours, si d’aventure il y avait des troubles. Au quartier Louis de Libreville, Alphonse M., cadre dans une société de la place, a, quant à lui, décidé de s’éloigner de Libreville, le temps de l’élection. Il n’est pas le seul dans ce cas. La capitale est résolument l’épicentre du combat politique que se livrent les candidats et une odeur de souffre flotte dans l’air, pensent certains.

Read also : Rentrée du deuxième trimestre : ça repart

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category