Métiers agro-pastoraux dans le Sud: 3 500 jeunes ciblés

 Le président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril y conduit, depuis hier, la 4e édition de la caravane de promotion

Meyomessala a dévoilé hier ses meilleurs atouts en matière agro-pastorale. Et surtout, cet arrondissement du Dja-et-Lobo a su faire voir combien les jeunes s’impliquent dans divers métiers agro-pastoraux, se mettant ainsi en auto-emploi au sein même des structures créées par eux-mêmes, pour leur mieux-être socio-économique. L’occasion, il faut le noter, était idoine, offerte par le président de l’Assemblée nationale (PAN). Cavaye Yeguié Djibril conduit, en effet depuis hier, la caravane de promotion de l’entrepreneuriat et de valorisation des métiers agro-pastoraux de la jeunesse, une initiative du réseau des parlementaires « Espérance Jeunesse », coordonné par le député Gaston Komba. La quatrième édition de cette caravane connaît l’implication effective d’une centaine de parlementaires auxquels se sont joints plusieurs membres du gouvernement, les ministres Mounouna Foutsou de la Jeunesse et de l’Education civique, Jacques Fame Ndongo de l’Enseignement supérieur, Louis-Paul Motaze de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, et Edgard Alain Mebe Ngo’o des Transports, ainsi que le ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Clémentine Ananga Messina.
Toutes ces personnalités étaient accompagnées par le gouverneur Félix Nguélé Nguélé. La journée d’hier a essentiellement consisté en des descentes sur le terrain. D’une part, la visite des structures situées dans l’arrondissement de Meyomessala, avec la Société camerounaise d’exploitation agricole (CEA) à Nkol-Dja, qui est une unité de production et de transformation d’ananas, et de cacao. Cavaye Yeguié Djibril a, ensuite, visité les plantations du Programme d’aide à l’installation des jeunes agriculteurs (PAIJA), à Nkolbesse. Il a enfin eu des échanges avec eux.
D’autre part, la journée du PAN s’est poursuivie à Sangmélima. Ici, l’hôte des populations du Dja-et-Lobo a tenu à visiter les installations, récemment inaugurées, du Centre professionnel d’excellence Paul Biya, qui a, à l’occasion, tenu des Journées portes ouvertes au profit des jeunes. Le PAN est alors allé voir les bureaux et le campus de l’Université inter-Etats Cameroun-Congo, avant d’avoir d’autres échanges variés avec les populations à l’esplanade de la préfecture de Sangmélima. Ce que l’on retient de sa visite dans le Dja-et-Lobo, c’est que Cavaye Yeguié Djibril a tenu à véhiculer un seul et unique message : la terre ne trompe pas. Voilà pourquoi, pour le président de l’Assemblée nationale, le métier d’agriculteur est un métier béni de Dieu. « On sème une graine de maïs et on récolte des épis avec des centaines de graines », a-t-il illustré. Après le Dja-et-Lobo, la caravane que conduit le PAN est aujourd’hui à Ebolowa.
 

 

Tribune

 

Joël Oyono: «Nous sommes de plus en plus responsables»

Adjoint au maire de la commune de Sangmélima

« Nous sommes de plus en plus responsables, au regard des possibilités qui s'offrent à nous, notamment dans le domaine agricole. Nos jeunes diplômés ont compris qu'il ne fallait pas seulement attendre un matricule, mais qu'on pouvait également investir dans l'agriculture. Cette prise de conscience, on l'a eue à partir des exemples donnés par le chef de l'État lui-même. Car, il est propriétaire d'importants investissements dans le domaine agricole. C'est donc une opportunité qui s'impose à nous et nous l'avons si bien compris».

 

Bienvenue Emmanuel Mfoulou Aka’a: « Nous apprécions les appuis multiformes »

Employé à Nkol-Dja

« Nous apprécions, à leur juste valeur, les appuis que le gouvernement apporte aux jeunes, pour leur insertion agropastorale. Ces appuis sont multiformes. Et, lorsque les parlementaires s’en mêlent, ces appuis pourraient être de plus en plus consistants et diversifiés. Nous avons ici, outre les emplois dans les agro-industries existantes, nos propres exploitations agricoles que sont nos cacaoyères et vergers. Nous pratiquons, par ailleurs, des cultures de contre-saison. Nous sommes de plus en plus sédentaires, parce que le travail prend tout notre temps, nous évitant l’oisiveté ».

 

 Bessala Eyane: «J'ai trouvé mon compte»

Jeune agriculteur

« J'ai trouvé mon compte dans les différentes mesures prises par le gouvernement. Surtout pour ce qui est des programmes qui encadrent et encouragent les jeunes à la pratique agricole. Je voudrais donc confirmer que nous sommes fiers et nous profitons pour garantir notre bien-être. À cet effet, nous nous organisons en associations, d'abord pour partager les informations liées aux différentes opportunités et mener des actions ensemble. À ce jour, je suis propriétaire d'un espace agricole grâce aux opportunités offertes par le gouvernement».

 

Jean Paul Ndzana: Nous exploitons les opportunités »

Jeune agriculteur de Nlobesse

« Nous sommes accompagnés depuis près de dix ans déjà. Et pour tout dire, les appuis que nous recevons, ici à Nlobesse, sont galvanisants, pour nous jeunes, qui ne savions plus où donner de la tête pour construire notre vie. Je dirais que ces appuis sont déterminants pour construire notre avenir. Nous exploitons à fond les opportunités qui nous sont offertes. Le fruit de ce travail me permet à ce jour de vivre, d’encadrer la nombreuse famille que j’ai déjà. Je suis originaire de la Lékié. J’ai aujourd’hui 35 ans, sept enfants et je suis marié à l’état civil».

 

 

 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category