Dilma Rousseff plaide «non-coupable»

La présidente suspendue a personnellement présenté hier sa défense contre sa destitution définitive au Sénat.

 

Dilma Rousseff est arrivée hier au Sénat, sourire aux lèvres, sous les acclamations des milliers de partisans qui l’ont accueillie avec des roses. «Dilma, guerrière de la patrie brésilienne», scandaient-ils à l’entrée de l’hémicycle. A Brasilia, ils ont érigé ce qu’ils ont nommé «le campement contre le coup d’Etat», une sorte de QG d’où est partie la manifestation «pro-Dilma». Sur les véhicules, les pancartes et le long de l’itinéraire qu’ont emprunté les manifestants, l’on pouvait lire des messages contre sa destitution et sa succession par Michel Temer, l’intérimaire depuis la mise à l’écart de la dirigeante de gauche en mai dernier.

Accompagnée de son prédécesseur, Luiz Ignacio Lula da Silva, la présidente suspendue du Brésil a, dans sa défense, plaidé «non-coupable» face aux sénateurs. Elle a dit être une femme honnête et innocente de tous les griefs qui lui sont reprochés. «Je ne lutte pas pour mon mandat (…) mais pour la démocratie, pour la vérité, pour la justice», a déclaré Dilma Rousseff. «Ce qui est en jeu, ce n’est pas seulement mon mandat, mais les conquêtes [sociales] des treize dernières années », a-t-elle ajouté.

Confrontée à une procédure d’impeachment depuis plusieurs mois, Dilma Rousseff est accusée d’infraction à la loi de responsabilité budgétaire et d’avoir maquillé les comptes publics à travers une acrobatie financière appelée «pédalage budgétaire» pour se faire réélire en 2014. Au Sénat, les chances de la dauphine de Lula de s’en sortir s’avèrent minces. Tant le nombre de parlementaires qui lui sont hostiles  est grand. Le vote qui devrait intervenir ce mardi ou demain pourrait donc définitivement sceller son sort. Même comme dans son camp ses partisans croient toujours au miracle.

Sainclair MEZING

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie